Lettre aux Editeurs

Madame, Monsieur 

Vous m’intimidez… me faites limite peur.

Pourquoi me demanderez-vous ? Vous êtes un homme, une femme comme un autre. 

Peut-être mais la jeune femme de vingt-huit ans qui vous écris ces lignes, tremble devant votre pouvoir décisionnel.

Comme vous avez pu le constater, Lily, mon personnage principal est assez directe et dit ce qu’elle pense c’est pourquoi je l’ai laissée écrire la première lettre qui accompagne mes envois.

Mais quelque chose me disait au fond de moi qu’à vingt-huit ans il était temps d’affronter mes craintes.

 

Ce roman, oui j’ose l’appeler comme tel, excusez-moi si ce n’est pas le bon terme, me vient du cœur, est imprégné des endroits visités, des gens rencontrés sans pour autant coller parfaitement à la réalité.

Dans Lily, il y a un peu d’Emilie.

Lily, c’est le côté affirmé d’Emilie, celle que peut-être j’aurais aimé être.

L’appartement de la place Meiser, il existe. (Enfin je ne sais pas ce qu’il est devenu à l’heure actuelle)

Salem aussi existe elle est d’ailleurs à côté de moi à l’heure où je vous parle.

Kieran et le Pub sont aussi authentiques.

Quant à David, Wyatt, Casey, Arthur, Lisa et Pierce, ils sont le « melting pot » de mes rencontres, de mes coups de cœur.

 

Alors oui, vous me faites peur. J’ai peur de me rendre compte que ce roman est mauvais. Que je me suis trompée.

Que je continue dans mes erreurs et dans mon espoir en écrivant le deuxième volet de ce livre.

Le titre est loin d’être définitif, mais il en fallait un.

 

Ce roman, c’est aussi le résultat d’une énorme amitié avec un artiste trop tôt disparu qui m’a poussée à me dépasser.

 

Ma hantise, c’est de le décevoir, et plus encore me décevoir.

Si vous saviez que je me fiche des « à-valoir », je n’ai aucune prétention à en demander.

Ecrire est une passion et non mon métier pour le moment et donc un à-valoir n’aurait de sens en de telles circonstances.

Je m’y atèle le soir, le weekend après le boulot. Loin de moi de vouloir vous apitoyer, mais je vous avoue que j’espère que le coup de cœur vous frappera de plein fouet.

Ce n’est pas de la grande littérature, je n’ai pas cette prétention.

 

J’ai eu de bons retours, je pense sincèrement qu’il pourrait aller à la rencontre d’un public, mais qui lui en laissera la chance ?

 

En tout cas, je vous remercie du temps que vous avez pris pour lire cette lettre et celle de Lily.

Comme elle le dit si bien je ne sais pas me vendre, mais j’essaie du mieux que je peux.

 En espérant avoir de vous nouvelles

 Anxieusement vôtre

Funny-pictures-cat-asks-you-to-not-press-that

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :