Petite brève

De ses yeux gris je ne retiens que la tristesse des au revoir

De son sourire, je ne retiens que la douceur des traits de son visage

Nous devions nous rencontrer, c’était écrit quelque part.

Il ne saura jamais la fin de l’histoire, il ne pourra jamais le voir

De ses yeux gris, je ne retiens que la tristesse des au revoir

La froideur des cauchemars

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :