way back home

Je m’enivre des parfums de cette ville qui ne dort jamais

Je m’enivre des souvenirs d’enfants qui remontent le long de la côte.

Je sais encore exactement où j’ai vécu,

Je sais parfaitement où je me balançais

Je pourrais facilement retrouver cette porte.

Où pour moi se trouvait le bonheur absolu.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :