Si j’avais eu les cheveux plus longs, j’aurais pu me prendre pour Raiponce…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

Magritte et moi

Vendredi 19 avril, levée aux aurores, il est temps de me préparer correctement, pour rendre une petite visite au nouveau préfet de mon ancienne école.

J’ai rendez-vous à 9 h, mais… entre les travaux, les parents qui conduisent leurs enfants dans ladite école et les autres autour, sans parler de la recherche d’une place de parking, se lever à 7 h du matin, c’est juste… Normal…

8 h 15, je saute dans ma « Witchmobile » et sur le chemin, je me rends compte d’une chose.

Je me rends à un rendez-vous pour proposer mon livre en présentation aux élèves l’année prochaine et….. J’ai oublié le livre… c’est malin…

Mais ne rien oublier lorsque je suis en mode congé, pour moi c’est juste impossible.

Heureusement, le dépôt logistique « Mum dépôt en tout genre » est sur le chemin, je vais donc m’y arrêter 5 minutes.

Une fois le « package » promotionnel récupéré, la bataille s’engage pour me trouver une place de parking.

30 minutes… 30 longues minutes à chercher une place… au final, je suis encore partie trop tard de chez moi.

Je trouve un micro place, fait un créneau étonnement bon pour quelqu’un qui n’en a plus fait depuis trois ans et à 8 h 58, je suis devant l’entrée de l’école.

Monsieur le préfet, m’accueil chaleureusement et je lui présente « Petites rencontres et méga problèmes ». L’entretien dure à peu près une demi-heure. Et nous convenons de nous recontacter.

Éviter les camions, c’est peine perdue

Ensuite, les choses sérieuses commencent.

Je dois préparer mon départ pour le Salon du livre d’Ouffet, car je dors sur place le week-end et donc hors de question d’oublier quoi que ce soit.

Là encore « Mum dépôt en tout genre », qui m’accompagne, pensera à tout… que ferait-on sans une personne chargée de la logistique… seule ombre au tableau : nous avons oublié les pinces à linge et/ou le papier collant.

La voiture chargée, nous avons passé plus d’une heure dans les superbes travaux de l’E42 et de la N4… mais le contraste en valait la peine. Une fois sorties de la N4, le dépaysement était total. Reposant.

Nous sommes arrivés non sans mal et sans « râleriez » à trouver le parking privé de l’hôtel où nous logions.

À ce propos, si vous vous rendez à Durbuy, l’Hôtel La Librairie est un charmant petit hôtel où les gens y sont très gentils et vous accueillent très bien !

Mais j’y reviendrai dans un article plus poussé sur le sujet.

Nous nous sommes installées et avons passé une soirée tranquille à préparer ce que nous allions effectivement emporter avec nous.

Le Jour-J est enfin arrivé

Réveille-matin, 6 h ,je me réveille comme une fleur….

Enfin pas tout à fait… Mais chuuuuuuut !

On se prépare, on se bichonne, on déjeune, on charge la voiture et hop en route pour Ouffet…

Enfin…, suivant les indications d’un des employés de l’hôtel, nous suivons les panneaux : « Hamoir », car il y a…. des travaux par le chemin « normal ».

Nous arrivons à Ouffet 20 minutes plus tard, nous hésitons… nous faisons demi-tour, puis entrons sur le côté de ce que je crois reconnaître comme « La Tour de Justice ».

Pierre-Armand Cajot, et Monsieur Froidbise, respectivement auteur et échevin nous accueillent chaleureusement et nous montrent la salle où se déroulera le salon.

Immédiatement, le froid nous à glacées, mais ça, c’est l’effet des vieilles pierres, on ne peut pas trop y faire grand-chose.

Nous nous installons et accueillons les auteurs arrivant. Nous faisons connaissance, nous discutons et attendons les premiers visiteurs.

Nous voyant nous congeler petit à petit, Mr Froidbise n’écoutant que son courage, nous à batailler ferme avec le chauffage au gaz.

Les visiteurs se font rares cette matinée, mais nous ne désespérons pas. RTC est là pour nous sauver.

L’après-midi, les premiers visiteurs nous rejoignent dans la bonne humeur qui ne nous quitte pas depuis notre arrivée.

On discute, on s’amuse, on essaye de convaincre que notre livre vaut la peine d’être lu, enfin… soyons honnête j’ai passé le plus clair de mon temps à vendre celui de mon voisin Frédéric Ernotte, auteur du thriller « C’est dans la boîte », mais que voulez-vous, je suis une mauvaise vendeuse pour moi-même, mais par contre une excellente Relation publique pour les autres… On ne se refait pas.

Et croyez-moi ou non, son thriller, il est excellent. Comme ça la boucle est bouclée.

Nous avons eu la visite de Monsieur Duc David (concepteur de la couverture de « Petites rencontres et méga problèmes » on ne sait jamais que vous l’avez oublié) et de sa charmante épouse Isabelle, qui nous ont gentiment offert une tarte dans l’espoir que cela boosterait les ventes.

La journée se termine toujours dans la chaleur humaine et celle du blanc coca…

Jour-J clap deuxième.

Le deuxième jour, le chemin nous paraissant connus, nous faisons un détour de 5 kilomètres jusque Barvaux, juste pour le fun…

Nous retrouvons sans difficulté la bonne route, et réinstallons nos livres.

Les visiteurs se font plus nombreux, les échanges continuent, la bonne humeur aussi.

Je continue mon travail de RP.

Les liens se tissent, les projets se dévoilent, et les discussions s’enchaînent.

Notamment à propose de « sandales de Jésus » comprendra qui pourra.

RTC à bien joué les porte-paroles et à rempli sa part du contrat. Nous avons un flot continu de visiteurs s’intéressant réellement à nos ouvrages et cela fait plaisir !

Monsieur Froidbise nous propose même de nous faire visiter la tour.

Mon envie se dissipe rapidement, sachant que l’on y juge les sorcières, il faut que je m’assure du bon camouflage de la « Witchmobile », sait-on jamais.

Il s’en est passé des choses, beaucoup, je ne peux pas tout retenir et tout vous raconter, mais j’y ai fait des rencontres magnifiques et des acquisitions qui le sont tout autant, j’en suis certaine.

Une expérience unique et conviviale avec des personnes attachantes et drôles.

Je remercie donc :

 

Christine Schmidt, Bou Bounoider, Pierre-Armand Cajot, Christian Dalemans, Joëlle Frydman, Michèle Hardenne, Frédéric Ernotte, Laurent Nizette, Pol Vierset, Laetitia Reynders, Henri Guy Collignon, Renaud De Vriendt, Sylvie Ginestet, Brigitte Guilbau, John Henry, Pascal Riguelle , Freddy Van Daele, Serge France, Denys Mathey, Milly Major

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :