L’écrivain et sa recherche du St Graal…

Tu penses que tu l’as trouvé ? Et bien en fait non ! Il te lache…

Qui ça ? Ton Éditeur… Alors toi, oui toi, l’auteur « Wannabe », fais bien attention à ce que je vais te dire.

Ce n’est pas parce que tu as eu une proposition qu’il faut te jeter à pieds joints dessus…

Là, tu vois, je suis revenue plus ou moins à la case départ et ce n’est pas grave. Parce que cela va m’aider à avancer et à défendre bec et ongle mon projet.

Aujourd’hui, j’ai eu le plaisir de rencontrer un Éditeur.

Il a pris le temps de m’expliquer sa vision des choses en face à face, cela avant de perdre ma chère maison d’édition, je pense que je n’y aurais pas eu droit. Mais cela ne veut pas dire que tu dois te trouver un éditeur bancal cher « Wannabe », non non !

Je te conseillerais de réfléchir aux propositions que te recevras. Veux-tu payer pour être édité ?

Si tu es prêt à le faire, combien es-tu prêt à y laisser ? Es-tu prêt à t’endetter ? Moi personnellement pas. Je ne suis pas contre un petit investissement, cela peut paraitre normal qu’un éditeur ne veuille pas prendre tous les risques. Mais creuser ma dette, non. J’estime que si mon roman vaut la peine, je peux être éditée à compte d’éditeur.

Car avec notre ami Kirographaires, je commence seulement à rentrer dans mes frais et encore…

Alors, toi ami débutant, comme moi. Ne te précipite pas pour donner ta réponse, penses-y, parle avec ton entourage.

Maintenant, j’ai compris la leçon et je ne donnerai aucun accord sans prendre quelques conseils.

Alors toi cher collègue, que tu sois nouveau ou victime de la faillite de ton éditeur, ne lache rien, réfléchi bien, mais ne lache rien !

2 commentaires sur “L’écrivain et sa recherche du St Graal…

  1. Et oui Lily, je peux comprendre ton désappointement. Le monde du livre sous compte d’éditeur a bien du mal a se maintenir face à la concurrence de l’e-book, où finalement tout le monde peut se faire lire et qui n’engage que peu de frais. Pour le livre papier, il faut de tout pour faire un monde, et l’éditeur n’est plus prêteur, il devient illusionniste et tu en es le cochon payeur. La crise frappe de plein fouet ce secteur, qui s’est voulu élitiste en ne s’engageant qu’avec des valeurs « commerciales », si tu n’as pas la notoriété, tu ne les intéresses pas, sauf si tu es prête à investir tes propres deniers pour te faire éditer, sans avoir la garantie d’être distribuée. Et là, tu tombes dans le circuit de la publication en compte d’auteur, avec ses avantages et ses inconvénients. A toi de bien peser le pour et le contre, et quelque soit ta décision, lis bien entre les lignes les contrats proposés, ils laissent bien souvent de désagréables surprises !
    Bon courage dans tes démarches, tu es une battante, je suis sûre que tu trouveras une solution pour poursuivre l’édition de ton roman.

    Gros bisous.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :