Les éditeurs peu scrupuleux ou changeurs d’histoire…

1930_48363107065_9064_n

Il était temps que j’en parle. Les nouveaux éditeurs… dirons-nous.

J’ai été contacté par deux fois par ceux-ci.

Les bons retours, sur mon roman, leurs avaient fait de l’œil, parait-il.

Après explications, leur ligne éditoriale paraissait correspondre à « Petites rencontres et méga problèmes ».

Mais je n’ai jamais eu les réponses aux 5 minuscules questions que je leur ai posées.

Après avoir envoyé les PDF au premier : Silence radio – fais gaffe si je tombe sur un livre qui ressemble comme deux gouttes d’eau aux miens…

Quant au deuxième, voici une partie de la réponse que j’ai copiée/coller du mail :

« L’héroïne n’est pas mal dessinée, mais elle gagnerais à être plus drôle. L’arrivée de David est très banale, vous pouvez faire mieux que ça, je pense.

Je vous conseille vraiment de retravailler, et je suis assez scandalisé que votre éditeur précédent ai publié tel quel votre livre. N’envoyez pas votre tapuscrit en l’état chez Harlequin, en tout cas. »

Que ça ne lui plaise pas, cela est une chose, je n’ai aucun problème avec ça. Certaines des autres remarques étaient justifiées.

Mais le « L’héroïne n’est pas mal dessinée, mais elle gagnerais à être plus drôle. L’arrivée de David est très banale, vous pouvez faire mieux que ça, je pense »

 

Eh bien j’ai envie de lui dire : c’est ce que VOUS pensez. J’ai construit Lily de la façon dont je le voulais. J’ai fait entrer David dans sa vie de façon banale certes, mais c’est bien comme ça généralement que l’on rencontre les gens et non par une arrivée extra-terrestre ou un hold-up ou que sais-je d’extraordinaire. Cette rencontre je l’ai choisie comme telle, en 2007 ! Avec la maturité que j’avais à ce moment-là.

Alors NON, je ne changerai pas Lily pour la faire devenir ENCORE plus drôle et non, je ne changerai pas l’arrivée de David dans l’histoire.

Scandalisez-vous, je n’ai aucun problème avec ça. Mais sachez que je suis seule, avec quelques bénévoles pour retravailler l’histoire, que nous avons une vie sur le côté. Un ami directeur éditorial d’une collection classique ayant longtemps été directeur de collection contemporaine m’a dit : « Lorsque l’on est un éditeur, que l’on trouve que l’histoire a du potentiel, notre Job est d’accompagner l’auteur à l’améliorer si nous trouvons que ça mérite d’être publié. »

Bref, je respecte votre opinion, mais la moindre des choses c’est de respecter le travail des autres aussi médiocre soit-il dans votre esprit.

Et puis m’envoyer chez Harlequin, alors qu’au final je ne fais pas de la « chick-lit », mais bien un mélange de genres, je ne pense pas que cela soit très judicieux…

J’accepte les critiques, et même mieux que les compliments, mais là c’est vouloir changer mon personnage principal et un moment clé de l’histoire, et ça, non, ça ne passe pas.

Sur ce, je m’en vais signer un autre contrat.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :