Parlons peu, mais parlons bien…

d9ac1c400cef5fd1_saw-movies-poll-2.xlarge

Déjà, ça commence mal… je ne sais pas parler peu et bien.

Surtout, qu’ici ce sera un sujet qui n’aura rien à voir avec les livres, alors imagine le nombre de bêtises que je vais pouvoir te dire à toi cher lecteur derrière ton écran…

Comme tu as dû le remarquer, je ne suis pas filiforme… ni juste avec des formes.

Si tu m’as croisé en Salon tu as pu remarqué que des formes j’en ai à revendre et un paquet.

D’ailleurs, je pourrais très bien penser à me faire enlever par le type de « Saw » juste pour voir si je pourrais m’en défaire pour sauver ma vie…

Monsieur le malade de « Saw » si tu passes par là oublie -moi, je ne serai jamais capable de me charcuter pour survivre, je suis une faible… Autant me liquider rapidement si tu vois ce que je veux dire, parce que je suis capable de gueuler comme un goret qu’on égorge…

D’ailleurs, je me demande si ce n’est pas toi qui m’as gentiment dit la semaine dernière lorsque je faisais mes courses : « Dégage de là gros tas »… Avoue, tu as essayé de voir si j’étais une « warrior », une « lutteuse »… Eh bien non… Dans ce genre de situation, j’ai bien la fâcheuse tendance à baisser la tête et faire que l’on m’oublie.

Parce que tu comprends, à la base toi le Monsieur de « Saw » tu dois comprendre que j’ai choisi l’écriture à la place de la danse pour qu’on ne me voie pas.

Je sais, c’est loupé, je dois aller en salons et mettre le « gros tas » au milieu d’autres personnes.

Et aussi subir les photos qui vont avec, mais c’est le jeu ma pauvre Lucette.

Tu te demandes où je veux en venir ? Je te rassure, j’ai la chute, mais il faut que j’y arrive et je t’ai déjà dit que je ne savais pas faire court !

Donc ta gentille réflexion m’a fait écourter ma visite chez le Mamouth de la grande distribution française (et non celui-là, il n’écrase pas forcément les prix… tu ne comprends pas la référence ? Ppffff jeunot va ! Retourne regarder les Pokémon !), en repassant dans chaque rayon, remettre le peu que j’avais dans la charrette en plastique bleu et rouge.

  • De la viande ? Pas besoin c’est lourd.
  • Des yaourts ? Hum j’hésite, mais en fait non c’est superflu.
  • De la salade ? Ça reste coincé entre les dents…
  • Les spécial K ? Le sport c’est mieux à jeun…
  • Les flocons d’avoine ? T’es devenu un cheval maintenant ? Allez ! range ça !

Toi, le type de « Saw », t’as réussi à me faire culpabiliser d’être sortie de ma tanière.

Tu m’as juste rappelé que la plupart des gens ont le droit de sortir, mais que les « gros tas » comme moi et mes copains on devrait plutôt sortir la nuit et partir à la cueillette d’amanite tue-mouche pour nous faire une bonne salsepareille empoisonnée qui nous ferait disparaître de la surface de ta planète.

Tu m’as rappelé aussi que ma carapace n’était plus assez épaisse. Que par malheur j’avais baissé la garde à croire que peut-être il y avait un peu de tolérance.

Mais non, alors là, depuis quelque temps j’ai recommencer à remettre une couche de béton prise rapide, histoire que tes remarques à deux balles au moins n’atteignent plus l’organe que tu crois non existant chez moi.

J’avais commencé à ébaucher la possibilité que peut-être j’allais changer de garde-robe et « oser » plus… Mais tu as étouffé l’audace dans l’œuf.

Tu vois Monsieur « Saw », je suis une adulte. Je peux encore bien gérer les choses, ou faire comme je peux.

Mais as-tu pensé à l’adolescente ou l’adolescent que tu assassinerais par cette remarque ?

Imagine si moi, ta réflexion m’a causé tant de peine, quelle destruction tu aurais implantée dans « l’estime de soi » en construction d’un jeune adulte ?

Ce n’est plus à mon âge qu’on a peur de n’être que la bonne copine, la fille qui est là quand on a besoin de parler parce qu’avec un physique pareil on a droit a rien d’autre, mais à l’adolescence ou le commencement de la vie d’adulte, tout peut se détruire en deux secondes.

Alors oui, toi le type de « Saw », je te demande de respecter les « gros tas » comme nous.

Parce que malgré ce que tu peux penser, nous sommes des êtres humains comme les autres.

XoXo

Emilie

PS : Je me suis retenue dans le choix de l’image… Juste pour ne pas heurter les âmes sensibles.(trouvée ici)

3 commentaires sur “Parlons peu, mais parlons bien…

  1. Bah, quelque soit l endroit où nous sommes il y a des cons partout. Moi je t’aime comme tu es, si demain tu perds 158 kilos ou en prends 222, cela ne changera rien, je t’aimerai toujours :)… La jalousie des autres et le mal être fait dire des choses, tu sais quoi ca se trouve il est rentré chez lui et il culpabilise encore (le con)… Alors allez tout va bien, car on est tous ensemble et eux .. ceux qui montrent du doigt les autres pour une raison ou pour une autre quand ils rentrent chez eux ils sont tout seuls avec leurs conneries… Cela dit, bien belle journée à toi 🙂 Gros bisous 🙂

  2. Ridicule! la personne qui t’a fait cette réflexion doit être bien mal dans sa peau pour agresser quelqu’un de cette façon mais cela n’excuse pas tout! un jour que j’étais un peu moins apte à accepter des remarques de ce genre j’ai répondu du tact au tac qu’au moins moi on ne se faisait pas de bleus quand on me faisait un câlin et que mes côtes ne servaient pas de xylophone! le monde est composé de personnes différentes aussi bien physiquement que mentalement mais tout le monde a sa place nous ne sommes pas des robots et vive la diversité

  3. Ma Lily, tu es ronde et alors…
    Moi aussi, je déborde de mon jean, je l’ai choisi en fonction de la longueur des jambes et j’en ai oublié de regarder le tour de taille, je suis une femme que l’on peut qualifier de « massive », mais tu sais quoi ? Et bien, je m’en fiche ! J’aime la vie, mes kilos ne m’empêchent pas de péter des flammes, je suis aussi bruyante qu’un tonneau vide, et dans un hypermarché, pas besoin que l’on prenne son portable pour me retrouver, je prends de la place et je revendique « mon espace » !
    Quand une personne ne peut s’empêcher de respecter l’autre, qu’elle se croit intéressante d’être grossière, regarde-là dans les yeux et fais-lui un sourire, un de ceux que ton beau visage est capable d’afficher, parce que cette personne finalement c’est elle qui est malheureuse et qui ne s’accepte pas dans de monde.
    Ma Lily, tu es belle et ton aspect extérieur est tout aussi généreux que l’être qui est sous cette apparence, ne te cache pas, laisse ton rayonnement intérieur parler de lui même et continue à nous réchauffer de ce beau soleil qui est en toi !

    Gros bisous 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :