L’escamoteuse qui croyait en l’utopie: 1 — Armand

881c1da3

Je m’appelle Lou, j’ai vingt-quatre ans et je pense que je suis immortelle. En me nourrissant de vos pensées, je m’imagine absorber une nouvelle dose de vie. Mon utopie.

J’ai fait quelques belles rencontres à ce sujet. J’use de tout pour vous prendre dans mes filets. La victimisation est la plus belle de mes armes. Avec ma petite taille, ma stature frêle et mes grands yeux verts, je charme les âmes sensibles. Les êtres hyper réceptifs.

Vous me pensez folle ? Peut-être, mais ça, c’est parce que vous ne connaissez pas toute mon histoire.

Je sais très bien ce que je fais, tout s’opère en connaissance de cause.

Mon premier angle d’attaque est de mettre en avant ma solitude, que cela me pèse. Que je suis une exilée esseulée.

C’est comme ça que j’ai rencontré Armand.

Un être hyper motivé et qui me semblait dévoué à son prochain. J’ai posé mes jalons doucement, lors d’un meeting politique. Je ne suis pas vraiment partisane de ce genre de manifestation, cela m’ennuie profondément, mais il faut faire quelques efforts pour se faire remarquer, car pour être honnête, tout ce qui ne tourne pas autour de ma petite personne ne m’intéresse pas.

Je disais donc ?

Armand !

Lors de cette réunion, il a commencé à me parler de son envie de monter sa propre boîte, de toutes les démarches qu’il avait entreprises et de sa situation actuelle.

En couple depuis près de deux ans, j’ai senti une faille se glisser dans son langage. Anna, sa compagne, avait une situation délicate à gérer à la maison.

Aubaine pour moi ! Cela voulait dire qu’une faiblesse me donnait le pouvoir d’entrer dans sa vie.

La fragilité des faibles est juste un pur bonheur.

Je me suis posée en amie compréhensive, en support inconditionnel et l’ai même aidé dans son projet, évinçant ainsi les traces qui subsistaient d’Anna.

La pauvre n’a rien compris et s’est retrouvée à prendre une décision qu’elle ne voulait pas réellement.

Elle a mis du temps à le comprendre, mais je n’accepte aucune rivalité.

Exit, dehors le problème.

J’ai donc proposé mes services bénévoles dans son entreprise, autre moyen de m’approprier ses biens.

Je suis une opportuniste.

Enfin cette fois, je suis tombée sur mon maître. Sous ses airs mielleux, j’aurais pu, ou dû m’en douter. J’aurais dû reconnaître les signes d’un escamoteur. D’un illusionniste.

Je vous l’ai dit, je n’aime pas la concurrence. J’ai alors décidé de frapper la première.

J’ai contacté un à un ses contacts « amicaux » et professionnels et j’ai raconté ma version de l’histoire.

Je suis forte pour asséner le premier coup, en fait je pense que j’aime faire le mal.

Lorsque tout roule, que rien ne se passe, j’ai besoin de bousculer les choses.

Détruire, pour reconstruire. Je ne sais pas qui je suis, alors en me cherchant, je prends plaisir à tout piétiner.

Mais surtout à détruire les autres.

C’est mon carburant. Lorsque les autres se consument, je les absorbe. Comme je vous l’ai déjà dit, je suis immortelle.

Je le crois. J’en suis convaincue.

Je suis omnipotente. Tout m’est dû. Et si je ne l’obtiens pas, je vous use et vous harcèle jusqu’à ce que vous me donniez ce que je veux vous prendre.

J’ai donc tenté de mettre Armand à terre. Mais je n’y suis pas parvenue. Enfin pas totalement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :