Moi et les langues… (Rebeca #inside)

irish-gaelic-chat

Non, tu n’auras pas mon analyse poussée du Taekwondo version fillette des JO aujourd’hui… et pour la suite de mon apprentissage théorique du hockey (sur gazon, pour le beach et le sur glace on attendra un peu), il te faudra attendre que j’assiste à un match et que j’aille noyer le coach de questions existentielles sur les multi…

Par contre, je vais te parler de ma manie de mettre des langues étrangères dans mes romans.

Parce que si tu me suis cher lecteur de mon cœur et que j’aime par-dessus tout (bon OK, j’abuse un peu ma caille, mais je voulais de flatter pour une fois… non ? t’aimes pas ? Bon… tant pis), tu sais que j’aime ça, te perturber avec des langues exotiques.

Dans le premier tome de « Petites rencontres et méga problèmes », tu es passé de l’anglais à l’italien en passant par l’espagnol. Même chose dans le deuxième… avec une touche de russe… et dans le troisième, on a carrément exploser le quota chez Poutine (amis de la NSA, cette référence c’était cadeau.)

Pourquoi intégrer des langues étrangères ? Simplement parce que j’ai une soif d’apprendre. Et franchement… Ne me dis pas que tu ne sais pas dire « Face de lavabo » en Anversois… tout le monde sait ça ! (Ou du moins ceux qui ont traîné avec mon pote Wesley de Wilrijk.)

La preuve, je chante (mal, on est d’accord) Tiziano Ferro et je comprends même ce qu’il raconte !

J’ai passé plusieurs soirées à me familiariser avec l’espagnol avec « Rebeca », j’ai acheté des livres et balancer mon popotin de cétacé sur Enrique.

Pour l’anglais, je ne vais pas te rappeler pourquoi je le speak so fluently hein, mais quand j’ai du passer au russe… j’ai cru mourir… parce qu’il m’a fallu trouver quelqu’un pour vérifier mes phrases, que j’avais l’impression de mettre du féminin pour du masculin et inversement proportionnelle au carré de l’hypoténuse.

Toutefois, c’est une langue plutôt sympathique à apprendre. Quelques godets de Vodka qui t’arrache l’œsophage (un peu comme la grappa du grand-père sicilien) et tout de suite, la complexité s’envole.

Pour le prochain (si jamais il y en a un), je ne sais pas… je vais peut-être tenter l’islandais… ça a l’air sympa cette langue… ou le Gaélique… ça pourrait être chouette…

Bref, je te laisse avec le générique de Rebeca… tu me remercies déjà, je le sais… Mais… rien à faire… cela me rappelle une période de ma vie que j’ai particulièrement appréciée !

XoXo

Emilie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :