#POINTCONFITURE

Avril et sa folie… Avril et sa tempête culturelle… mitigée.

#MUSIQUE

Seo Linn

Solas

Du Gaelic, de l’anglais, mais surtout du Gaelic. De L’Irish. Des Jeune fiers de leur langue, de leurs origines. Du traditionnel, du moderne. Des émotions et des paroles impossibles à chanter !

 

#LIVRES

Demain j’arrête – Gilles Legardinier

 

Toujours en cours, mais j’aime beaucoup pour le moment. Ca t’avance hein, mon lapin !

 

#GEEKCULTURE

Meet and Greet : Nathan Fillion

 

02 avril 2017.

FACTS Flanders expo Ghent

Je ne pensais pas le rencontrer un jour mais c’est chose faite. J’ai rencontré Captain Malcolm Reynolds… J’ai rencontré Castle. David Rommerty dans la version anglosaxonne de ma Trilogie (Oui Thierry tu seras toujours le David en français), une gamine. J’étais une gamine en apnée jusqu’au moment où il a dit : « Hey ».

Là encore je ne vais pas extrapoler parce que ce fut une expérience personnelle, mais enrichissante !

#CONCERT

MUSTII (AKA Chaton) à L’Eden

Comme d’habitude, il a tout donné, comme d’habitude il a assuré, les percutants « Feed Me » et « The Cave » ont retentis, l’intimiste «Safety zone » et les ténébreux « Dark » et « Darkest knight » ont encore fait mouche.

Mustii cet extraterrestre, ce mini Bowie de la planète Black Gizah, nous a fait passer du rire aux larmes (non je n’étais pas la seule à pleurer.) parce que c’est avec aisance et humour qu’il s’adresse à son public entre les chansons.

Un show cadré mais pas trop, un artiste concentré mais pas trop, mais un Showman à toute épreuve.

 

BLACK GIZAH NIGHT – CHARLEROI EXPO

Nous passerons l’organisation (qui n’était absolument pas entre les mains de BGR) un peu (voire beaucoup) chaotique parce que nous ne sommes pas là pour parler de ça.

Nous sommes là pour parler de la soirée évènement de ce début 2017 à Charleroi qui regroupait tous les talents de Black Gizah Record et de l’invitée Gloria Boateng qui nous a replongé dans une ambiance digne des 90’s (Génération Y rep !, désolée, c’est sorti tout seul).

Cela n’a pas dû être facile pour Axlines de commencer alors que le public arrivait seulement car nous n’avons pas pu profiter correctement de son set. Pour le Reste, de la première partie, mention spéciale à Evernest (Merci d’avoir réussi à me faire pleurer avec le titre que tu sais… tu me dois une boîte de Kleenex) et Goldaze qui ont ouvert la marche au patron de la soirée Kid Noize.

Parce que mes petits chéris, quand je vous dis que c’est le patron de la soirée, c’était le cas. Un son et lumière terrible, ses titres commerciaux, les nouveaux plus underground balancés de façon parfaitement calculée. De l’art. Tout est pensé, les détails sont mesurés pour en mettre plein la vue.

Pour la deuxième partie, Marty Anderson, Spender, Stripes, RAF et les Blckspnkrs ont fermé la marche de cette soirée 100% electro.

#NETFLIX

13 Reasons Why… (VO)

Je ne pourrai rien vous dire. Je ne pourrai pas vous donner mon avis en français (pour l’article en anglais c’est par ici). Trop de résonnances, trop de points communs avec ce qu’Hannah a vécu surtout la fin.

Juste regardez la série. Juste passez au travers des cassettes avec Clay.

J’en ai pleuré. J’en ai pas dormi. C’est bête. C’est stupide. Mais c’est la vérité.

Je vous joins la vidéo de mon amie Jess qui vous en parlera mieux que moi, mais attention, il y a du spoil donc regardez la série avant la vidéo.

 

#TV

Les yeux jaunes des crocodiles (VF)

Je suis tristesse. J’aime Julie Depardieu et j’ai détesté ce film. Trop long. Beaucoup trop long. Mais pourquoi ?

Le côté pathétique trop présent, Emmanuelle Béart que j’avais envie de gifler à chaque parole. La fille de Julie Depardieur que j’aurais bien noyée ou étranglée.

Un Samuel Le Bian inexistant.

Je suis déception.

Bon notez bien que j’avais moyennement apprécié le livre aussi…

 

RTT (VF)

Je me suis ennuyée au possible. Rien d’autre à ajouter, ça n’en vaut pas la peine.

#FILMS

Je suis resté dans les bois (AP – Quai10 – VF)

Plot Outline :

Vincent, artiste plasticien prépare sa prochaine exposition. Durant le processus de création, il va être précipité dans une crise totale, une remise en question personnelle, sentimentale et professionnelle et va tenter de se retrouver, de revenir aux sources,…

Starring :

Vincent Solheid, Erika Sainte, Michaël Bier, Bruno Verstraete, Ewald & Eugénie Solheid, Adriana Da Fonseca, Serge Dumoulin, David Murgia, Eno Krojanker, Jean-Marie De Bol, Claire Beugnies

Directed By

Vincent Solheid, Erika Sainte & Michaël Bier

Written By

Vincent Solheid, Erika Sainte & Michaël Bier

Produced By

Marie Besson (Eklektik production)

Avis:

Mais mon Dieu mais quel OVNI ! Je suis ravie d’avoir pu découvrir ce film autant que l’équipe de celui-ci. Humour, questionnement, matérialisation des songes, des souvenirs, des impressions.

Des personnages jouant leur propre rôle (ou à peu près), un non-scénario cadré sans en avoir l’air.

Tout se concentre autour de Vincent, atypique, lunaire. Il est difficile de mettre des mots sur un film qu’il faut que vous ailliez découvrir. Loufoque, pathétique, drôle, une bulle de surréalisme différente. Une petite « vibe » de soulagement ressentie comme dans « La Trêve ».

Pour une auteur, vous allez me dire que tomber à court d’argument pour défendre un travail artistique est un comble, mais je pense que ce film à une portée tellement conceptuelle, que décrire en détail ce que l’on a ressenti serait porter atteinte au travail de l’équipe. C’est un film a «ressentir».

Gros coup de cœur.

Miss Sloane (VO)

Plot:

In the high-stakes world of political power-brokers, Elizabeth Sloane is the most sought after and formidable lobbyist in D.C. But when taking on the most powerful opponent of her career, she finds winning may come at too high a price.

Director:

John Madden

Writer:

Jonathan Perera

Stars:

Jessica ChastainMark StrongGugu Mbatha-Raw

Avis:

Miss Sloane s’inscrit dans la grande tradition du thriller politique américain et brille sur tous les points. Scénario à la mécanique huilée, incarnation parfaite des personnages, thèmes développés passionnants, twist final, tout y est. Musique discrète et exemplaire, comme toujours, de Max Richter.

« Miss Sloane » interprétée par une Jessica Chastain, cynique, impitoyable et prête à tous les coups bas pour dominer, gagner et régner sans fléchir sur son univers, sur cette équipe qu’elle emmènera rallier le camp adverse.

La fin, à elle seule, se révèle explosive par le retournement de situation durant lequel des vérités indéniables sont distillées avec justesse et pertinence faisant judicieusement écho à notre actualité politique mouvementée du moment.

Sincèrement cela à bien valu que l’on court juste Docks et son WHITE (non mais il fait peur ce cinoche) pour le découvrir. D’ailleurs pour ces deux soirée cinématographique, j’ai un BIG UP à faire à quelqu’un… pas besoin d’en dire plus. Si cette personne passe par-là, elle saura.

XoXo

Emilie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :