L’envie n’est toujours pas là, mais…

Le besoin de vider mon cerveau reprend le dessus. Donc j’écris. Beaucoup. Trop.

Mais il faut ce qu’il faut mon cher lecteur, l’inspiration m’avait quittée et elle est revenue, donc j’en profite.

Sur le feu, j’ai deux projets en français dont un est assez compliqué à écrire pour mon petit cœur oppressé, mais tellement nécessaire.

Un projet original en anglais et quand je dis original cela veut dire qu’il sera écrit en anglais en premier et peut-être traduit en français par la suite ou pas.

Sans compter la traduction de la trilogie qui me prend pas mal de temps pour avoir les bons ressentis. Je veux que cette traduction soit parfaite. Cette trilogie c’est mon premier bébé et j’y tiens même si je sais que jamais je ne réécrirai ce genre d’histoire, donc je m’applique mon bon lecteur. Je peux même t’avouer que j’ai déjà les titres définitifs et les couvertures fixées !

Sans parler des petites paroles de chansons de-ci de-là qui germent et qu’il faut travailler avec les différents demandeurs.

Cela ne signifie pas que je vais mieux, soyons réalistes, je suis loin d’être mieux, mais il est important de laisser sortir les différentes personnes sortir de ma tête sans trop de dommages et pourquoi pas en tuer un ou deux dans le processus. Bah quoi ? Je ne peux pas le faire en vrai…

Récemment, on m’a demandé pourquoi je ne me mettais pas à donner des « leçons » sur comment écrire un manuscrit, pourquoi je ne faisais pas de « consultance » auprès des auteurs en devenir.

So called Writer…

Je ne vais pas te cacher que cela m’est passé par la tête, mais suis-je moi-même ce que l’on peut appeler un véritable auteur ? Ce n’est pas parce que j’ai écrit une trilogie et une nouvelle en anglais et que je suis par écrit verbalement incontinente que je peux me taguer de pouvoir donner des conseils ou des leçons à d’autres. En tout cas pour gagner ma vie…

Et puis, combien demander ? C’est difficile de quantifier.

On en revient à la légitimité… Je n’ai pas la prétention de pouvoir donner un Masterclass en écriture, parce que je ne suis pas prof de lettres et mon ego n’est pas assez développé.

Il y a des associations comme CLéA en Belgique ou Particules en France qui font ça très bien, donc pourquoi le ferais-je ?

Il y a aussi une autre raison. Pour moi, l’écriture vient du cœur, des tripes, ce qui signifie que je ne suis aucun code à part mon « Gut Feeling » comme on dit chez moi… et donc le seul conseil que je peux donner c’est celui-là. Rien d’autre.

Donc voilà, la question est adressée et répondue.

Sinon, samedi « My name is Siobhán » (ma nouvelle en anglais) sera officiellement de sortie. J’ai peur. Je l’avoue. Je prends un risque, un gros risque parce que je sais que je ne pourrais pas vendre de copie hors Belgique et France pour le moment parce que lorsque l’éditeur choisi de rester éthique et de faire travailler l’Europe de l’Ouest, les coûts de productions sont plus élevés parce que produits à plus petite échelle que les grosses productions anglo-saxonnes. 11 euros pour un poche chez eux c’est cher payé. Donc je n’aurai réellement le retour de ce public QUE lors du lancement de la version numérique.

Le stress est double, je dois l’avouer. Simplement parce que je dois me refaire un réseau et que je dois arriver à défendre le fait qu’en Belgique on puisse avoir envie d’écrire en anglais. C’est ma langue de cœur, je me devais de tester avec une nouvelle et pas un roman.

Tu vas me dire, quid de celui que tu mentionnais plus haut… c’est bien là aussi que se trouve ma crainte.

Sa sortie dépendra aussi du feedback du test. Écrire en anglais dans un pays diviser en trois langues pourrait paraître une bonne idée, mais tout le monde ne le parle pas et la frontière linguistique est difficile à traverser.

Donc oui, je me fais plaisir et le but de l’écriture pour moi c’est cela : raconter des choses, tout en prenant du plaisir et en me libérant.

Je pense que tu sais tout… Je te ferai peut-être un update lecture plus tard dans le mois.

Sinon, avec LiLys on a aussi quelques dates ce mois-ci, je t’invite donc à cliquer sur le lien suivant pour tout savoir !

Au fait, tu fais aussi le NaNoWrimo ?

À bientôt !

Emilie

2 commentaires sur “L’envie n’est toujours pas là, mais…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :