#POINTCONFITURE

On est quand ? Fin janvier. Et à la fin de chaque mois, il y a quoi ? Ma liste des points culturels que j’ai réussi à remplir.

 

#MUSIQUE

D6bels Awards

Date 26 janvier.

Pourquoi je vous en parle ? Parce que les trublions de Black Gizah Records y étaient nommés dix fois.

Sur ces dix nominations, ils ont pour moi remporté les deux plus importantes : Le hit de l’année et la révélation de l’année, pour respectivement Ocean (Kid Noize) et Mustii. Ou devrais-je dire le phénomène.

 

C’est un peu une fierté de carolo de voir que ce label monte encore et encore. Quand le talent est là que dire de plus.

On notera qu’Alice On the Roof, Puggy, Mélanie Di Biaso et Loïc Nottet ont aussi grandement tiré leur épingle du jeu.

Découverte de Dan San et nostalgie avec Hooverphonics qui était pour l’occasion accompagné de Geike.

#LIVRES

JULIA (VOF)

Toujours en cours… rendez-vous en février !

#NETFLIX

TAMMY (VO)

583139-jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Date de sortie Juillet 2014 (1h 37min)

De  Ben Falcone

Avec  Melissa McCarthyBen Falcone, Susan Sarandon

Genre Comédie

Nationalité Américain

Synopsis : After losing her job and learning that her husband has been unfaithful, a woman hits the road with her profane, hard-drinking grandmother.

Avis : Drôle. Pas de haut vol, mais drôle. Lorsque vous n’avez pas envie de vous prendre la tête vous savez qu’un film avec Mélissa McCarthy sera toujours là pour vous donner le sourire.

#TELEVISION/ FILM

SOLANGE ET LES VIVANTS

483333

Date de sortie 9 mars 2016 (1h 07min)

De Ina Mihalache

Avec Ina Mihalache, Pierre Siankowski, Francis Van Litsenborgh

Genre Comédie

Nationalité Français

Synopsis : Un jour que Solange est à étudier les moutons de poussières de son appartement, on sonne. Un livreur prétend détenir un colis à son attention. Pourtant Solange est formelle : c’est impossible. Le malentendu s’intensifiant, Solange s’écroule. Lorsqu’un médecin suggère que quelqu’un veille sur elle pour la nuit, son propriétaire se dévoue. Mais rappelé à ses activités, il décide de recruter un nouveau veilleur… Une véritable chaîne humaine va alors se mettre en place pour ne plus laisser Solange à son isolement, car il semble bien que cette thérapie relationnelle lui soit bénéfique…

Avis : J’ai adoré ! Totalement adoré ! Il est décalé et en même temps très terre à terre. Touchant et intriguant. L’entraide y est au centre bien qu’on y perçois aussi les limite de la patience. Un scénario qui ne semble pas formaté mais bien découler naturellement comme on le ferait en pareil cas, bref, un OVNI et j’aime ça.

 

SAMBA

209765

Date de sortie 15 octobre 2014 (1h 58min)

De  Eric Toledano, Olivier Nakache

Avec Omar Sy, Charlotte Gainsbourg, Tahar Rahim

Genres Comédie, Drame

Nationalité Français

Synopsis : Samba, sénégalais en France depuis 10 ans, collectionne les petits boulots ; Alice est une cadre supérieure épuisée par un burn out. Lui essaye par tous les moyens d’obtenir ses papiers, alors qu’elle tente de se reconstruire par le bénévolat dans une association. Chacun cherche à sortir de son impasse jusqu’au jour où leurs destins se croisent… Entre humour et émotion, leur histoire se fraye un autre chemin vers le bonheur. Et si la vie avait plus d’imagination qu’eux ?

Avis : Touchant, émouvant. Charlotte est comme toujours excellente et Omar me surprend de plus en plus. Je n’ai pas grand-chose à dire, car je ne suis pas critique cinéma, sauf une chose, si vous ne l’avez pas vu, n’hésitez plus.

 

#CITYTRIP

PARIS

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Du 20 au 23 janvier

Je dois t’avouer que ce n’est pas une ville avec laquelle nous avions des atomes crochus. Non… Paris depuis quelques années rimait avec : mort imminente en taxi.

J’y allais donc à reculons prête à rester cloîtrée dans ma chambre sans bouger.

Tu te doutes bien que si je t’en parle ici c’est que j’ai changé d’avis. Tout d’abord, je logeais dans un des quartiers du 8ème. Pas très loin des Champs-Élysées et entourée de Galleries alternatives en tout genre et une librairie de livres anciens. A tout casser, j’étais à vingt minutes du Marais et pas tellement plus loin du Champs de Mars.

Faire le tour de la ville, pour situer les monuments m’a pris une journée, en m’attardant dans certains quartiers.

J’ai eu le souffle coupé par Notre-Dame et je dois dire que Montmartre bien que surchargé de touristes (comme moi), a tout son charme. Par ce petit séjour (vraiment bien trop court), j’ai pu découvrir un autre Paris, celui qui te fait dire que les Parisiens ont une chance immense de vivre dans une ville à tel potentiel culturel. Ville à visiter et revisiter.

 

#THEATRE

LA DAME BLANCHE

De Sébastien Azzopardi, Sacha Danino

Mis en scène par Sébastien Azzopardi

dame-blanche-renaissance-ab-0

Théâtre de la Renaissance, Paris

« Cette nuit-là, l’imprudent Malo Tiersen n’aurait jamais dû prendre sa voiture. Il n’aurait jamais dû aller dans cette vieille maison au beau milieu des bois. Il n’aurait jamais dû avoir ce malheureux accident.

Et vous, vous n’auriez jamais dû pousser la porte de l’effrayant Théâtre de la Renaissance. Au théâtre, vous n’aviez jamais eu peur… Jusqu’à ce soir.

La Dame Blanche, vivez l’expérience. A vos risques et périls. »

Une pièce d’horreur très réussie !

Mise en ambiance dés l’entrée dans la salle et pour moi une nouveauté qu’il n’y a pas dans les petits théâtres que je fréquente : des placeurs.

Je me suis laissé embarquer dans l’histoire de Malo Tiersen, dont le destin bascule devant nos yeux.

Les moyens déployés pour les effets spéciaux et trucages sont impressionnants et le résultat stupéfiant. Le Théâtre de la Renaissance nous en met plein la vue et nous passons de surprise en surprise.

La mise en scène est très audacieuse et fichtrement bien ficelée.

Petit bémol, Arthur Jugnot ne faisait plus partie de la distribution ce dernier week end, mais Sébastien Azzopardi a repris le rôle et se débrouille pas mal, même si selon certains avis, celui-ci aurait pu en donner plus au niveau de ses expressions. Les autres comédiens jouent également remarquablement bien et juste.

En plus d’être scotchés au fond du fauteuil au fil des rebondissements, le rire est bien présent. Le jeu sur les émotions du spectateur est très très bien pensé.

 

#CINEMA

NA

#POINTCONFITURE

On est quand ? Fin décembre. Et à la fin de chaque mois, il y a quoi ? Ma liste des points culturels que j’ai réussi à remplir. Enfin presque, mais avec la période de Noël et nouvel an autant le publier plus tôt.

En janvier, aux alentours du 21, il est possible que je sois à Paris, rien n’est confirmé, mais si tu as des idées, elles sont les bienvenues.

Je sais déjà que j’aimerais aller voir l’expo Magritte au centre Pompidou, mais pour le reste, je ne sais pas encore. Je pense regarder pour une expo au Palais de Tokyo…

Donc pour ce mois de décembre, je pense que j’ai bien « bossé ».

#MUSIQUE

NOAH CYRUS

J’y ai cru… j’ai pensé aimer et puis… dans ce clip avec Labrinth… « You make me (cry) »… il y a… ce bruit de goutte d’eau qui « plotch » comme une goutte qui tombe dans la cuvette des WC et je ne comprends pas le choix de mettre ce bruit, bref pour moi c’est un « fail » et je suis assez tristesse, parce que lorsque je m’attarde sur les paroles j’ai l’impression que c’est le pendant anglo-saxon du parolier de Maître Gims qui les a écrites, mais je te mets le clip pour pas que tu ailles t’endormir ignorant.

ORTIES

PARIS POURRI – seule chanson que j’ai plus ou moins appréciée pour ses intonations un peu 80. J’ai tendance à zapper les paroles et pour moi c’est un mauvais point. Par contre le point positif c’est que c’est un OVNI. On dirait du rap DIY de deux sœurs qui font leur truc toutes seules et franchement rien que pour ça j’ai envie de voir ce qu’elles vont proposer.

FLUME

« Say it » ft ToVe Lo est une chanson qui tourne en boucle dans ma voiture. Rien à dire de plus… si il a rejoint la playlist, c’est que ça me fait du bien.

TRAIN

« Play that song », pour des raisons très personnelle, elle me donne le sourire … mais c’est un peu globalement l’effet que TRAIN a sur moi…

#LIVRES

REASON TO BREATHE (VO)

reasontobreathe

Kindle Edition, 377 pages

Published May 10th 2011

Synospsis: « No one tried to get involved with me, and I kept to myself. This was the place where everything was supposed to be safe and easy. How could Evan Mathews unravel my constant universe in just one day? »

In the affluent town of Weslyn, Connecticut, where most people worry about what to be seen in and who to be seen with, Emma Thomas would rather not be seen at all. She’s more concerned with feigning perfection while pulling down her sleeves to conceal the bruises – not wanting anyone to know how far from perfect her life truly is. Without expecting it, she finds love. It challenges her to recognize her own worth – but at the risk of revealing the terrible secret she’s desperate to hide.

Avis: j’ai pleuré, j’ai ris, j’ai souffert avec Emma. Ce livre est un YA, mais il donne tellement d’émotions. La fluidité de la lecture de par l’écriture de Rebecca et le sujet traité (la maltraitance) donne vraiment du corps au récit. On est loin des « After » et « Before » sans saveur.

Well played Rebecca… Well Played

#NETFLIX

PATTERNS OF EVIDENCE – EXODUS (VO):

maxresdefault

Categorie: Documentaire

Sortie: 2014

Durée: 1h55min

Directeur: Tim Mahoney

Synopsis: “What is the validity of history found in the Bible? Is it fact or fiction? What does the hard evidence really have to say about the foundational story of the Old Testament: the Exodus out of Egypt? An in-depth investigation by documentary filmmaker Tim Mahoney searches for answers to these questions amid startling new finds that may change traditional views of history and the Bible.”

Avis: Pour une férue d’Histoire, ce documentaire tombait à point j’étais en manque de Stéphane Bern. Depuis petite j’engloutis des quantités d’informations et je continue à aimer ça. Même si je ne suis pas croyante et que je doute de la véracité de ce qui se trouve dans la Bible, le fait de pouvoir prouver certaines choses me plait assez. Et c’est ce que ce documentaire essaie de faire tout en relativisant et interviewant plusieurs spécialistes sur la période (Egyptologue, Théologiens etc). Dans ce PATTERNS OF EVIDENCE, les preuves de l’Exode des Sémites sont bien présentes, mais montre aussi que celui-ci ne se serait pas passé à la période définie. Que la ligne du temps de l’Egypte ancienne serait « décalée ». Théorie tout à fait plausible sachant que nous sommes loin d’avoir tout découvert. Le documentaire est bien mené, et les intervenants bien choisis.

LAST NIGHT (VO)

19625150

Categorie: Drame, romance

Sorties : 16 février 2011

Durée: 1h32

Directeur:  Massy Tadjedin

Acteurs: Keira Knightley, Sam Worthington, Guillaume Canet, Eva Mendes.

Synopsis : Joanna et Michael vivent à New York. Aucun nuage, aucun doute n’est jamais venu assombrir leur union, jusqu’à ce que chacun d’eux soit tenté, la même nuit…
Pendant que Michael est en déplacement professionnel avec Laura, jeune femme aussi attirante qu’énigmatique, Joanna recroise Alex, l’autre grand amour de sa vie. Les 36 heures qui suivent vont obliger chacun à faire des choix…

Avis : Premièrement j’ai beaucoup aimé le jeu des acteurs, mais je suis déçue qu’Eva Mendes soit encore une fois celle qui est supposée briser le couple. Le scénario semble vide de dialogue, mais le langage corporel en dit beaucoup. J’avoue que j’ai décidé de le regarder parce qu’il y avait Guillaume Canet, mais c’est Sam Worthington qui m’a le plus touchée. Pourquoi… ça… je ne sais pas. La mélancolie de son regard peut-être.

#TELEVISION/ FILM

La Belle et la Bête (VOF)

la-belle-et-la-bete-affiche-52693c520840f

Categorie: Fantastique, romance

Sorties :  12 février 2014

Durée: 1h54

Directeur: Christophe Gans

Acteurs: Vincent Cassel, Léa Seydoux, André Dussollier.

Synopsis : 1810. Après le naufrage de ses navires, un marchand ruiné doit s’exiler à la campagne avec ses six enfants. Parmi eux se trouve Belle, la plus jeune de ses filles, joyeuse et pleine de grâce.

Lors d’un éprouvant voyage, le Marchand découvre le domaine magique de la Bête qui le condamne à mort pour lui avoir volé une rose.

Se sentant responsable du terrible sort qui s’abat sur sa famille, Belle décide de se sacrifier à la place de son père. Au château de la Bête, ce n’est pas la mort qui attend Belle, mais une vie étrange, où se mêlent les instants de féerie, d’allégresse et de mélancolie.

Chaque soir, à l’heure du dîner, Belle et la Bête se retrouvent. Ils apprennent à se découvrir, à se dompter comme deux étrangers que tout oppose. Alors qu’elle doit repousser ses élans amoureux, Belle tente de percer les mystères de la Bête et de son domaine.

Une fois la nuit tombée, des rêves lui révèlent par bribes le passé de la Bête. Une histoire tragique, qui lui apprend que cet être solitaire et féroce fut un jour un Prince majestueux.

Armée de son courage, luttant contre tous les dangers, ouvrant son cœur, Belle va parvenir à libérer la Bête de sa malédiction. Et se faisant, découvrir le véritable amour.

Avis : Comment vous dire. Une déception. Rien de plus, rien de moins… Aucune alchimie entre Vincent Cassel et Léa Seydoux. Cette même Léa, insipide, sans charisme, sans … voilà c’est bien ça le problème… c’est l’erreur du casting… Aucune expression crédible, aucun sentiment. Une récitation plate, sans relief, sans … Pourtant avec Vincent Cassel en Bête cela promettait une jolie revisite… Je suis déception…

#EXPO

Rendez-moi mon dimanche – Les dimanches du Hang’Art

15156964_1813065825614789_4042806748533115696_o

Lieu : Route de Gembloux,500, Saint-Servais (Namur – Belgique)

Quand : Une fois par mois, le dimanche de 10 à 18 heures

Je ne sais pas si l’on peut parler simplement d’expo puisque qu’il n’y a pas que ça. C’est aussi un marché de créateurs locaux et c’est vraiment sympa. Cela va de la trousse de survie Wallonne aux meubles sur mesure, sans parler des créations de bijoux originale. Du côté expo, il y avait les lithos de SKIT, et j’autres illustrateurs, des sculpteurs, mais aussi des ateliers diversifiés. Un chouette moment à passer en famille ou seul si on aime se retrouver un peu dans sa bulle.

 

#CINEMA

NA

#THEATRE

NA

Ich bin…

11210513_10153827094545031_6361363700713661108_n

MOI. Et MOI, en a marre de devoir être une autre tous les 6 mois*.

Si l’on fait le recensement de tous les attentats commis ces deux dernières années dans le monde, nous ne serions plus jamais nous-même, parce que tous les jours un malade décide de tirer sur des gens, de se faire exploser avec une foule ou encore mieux de leur rouler dessus !

La dernière est encore plus lâche… forcer quelqu’un à envoyer son camion sur la foule et s’en fuir.

Voici la liste non exhaustive des villes attaquées ces deux dernières années. Je ne les ai citées qu’une seule fois, mais certaines ont été la cible de ces ignorants (oui, les mecs ou les nanas qui se font exploser pour moi ne sont que des ignorants manipulés) plus d’une dizaine de fois :

Wazaet, Baga, Sanaa, Paris, San Diego, Maiduguri, Kasuwar Jagwal, Potiskum, Gombe, Mogadiscio, Tripoli, Al-Arich , Copenhague, Kharkiv, Assouan, Le Caire, Bamako, Tunis (Bardo), Villejuif, N’Djamena, Charleston, Chattanooga, Bangkok, Bruxelles, Nice, San Bernardino, Tel-Aviv, Orlando, Munich, Saint-Etienne-du-Rouveray, un train en Suisse,Alep, Berlin…..

J’en oublie certainement et ce n’est pas faute d’avoir tenté de toutes les collecter, mais sincèrement, la dernière fois qu’un malade s’est réveillé en pétard, on a vu ce que cela à donner ! Et là… personne ne bouge ! Pas même moi ! A part m’indigner et écrire un article dont tout le monde se fichera éperdument, je ne bouge pas. On peut extrapoler sur la localisation du problème… mais le vrai problème est partout et on n’a pas besoin d’un pseudo expert en contre-connerie pour s’en rendre compte ! Le problème ce n’est pas seulement les migrants. Le problème c’est la société actuelle, la façon dont le monde est dirigé et la réactivité de la classe moyenne et pauvre réduite à néant parce que pour s’occuper des autres, il faudrait déjà que l’on arrête de nous ajouter des problèmes qui ont pour objectif d’exacerber notre égoïsme.

On m’a toujours dit qu’il fallait s’informer, mais quand la désinformation atteint son plus haut seuil d’existence, comment faire pour savoir ce qui est vrai ou faux ?

 

Je ne suis ni experte, ni politologue, ni théologienne, ni qui que ce soit giphy-15qui ait fait telles ou telles hautes études, mais je sais que ce que je vis depuis ces dernières années ce n’est pas ce que j’espérais. Et je ne parle pas de ma situation personnelle, mais bien de la vie en général. Je n’ai pas peur de sortir, de faire des visites etc., mais je comprends ceux qui n’osent plus, ceux qui vivent dans la terreur. Je n’espérais pas ouvrir le journal ou regarder les « informations » à la télévision en ayant envie d’en finir après chaque sujet.

Le problème n’est pas que le terrorisme, il est partout. On s’en fiche de savoir « à qui c’est la faute » ou « qui n’a pas prévenu qui », ou «  qui a relâché qui avant d’avoir contacté un autre », non, le problème, maintenant est de savoir ce qu’il faut faire pour que cette connerie cesse !

Je ne suis pas stupide, un monde parfait où « tout le monde il est beau et tout le monde il est gentil » ça n’existera jamais, rien que par la nature humaine. Mais nous devrions peut-être nous inquiéter du nivellement de l’enseignement par le bas, qui nous produit des jeunes au cerveau ramolli. Il faudrait penser au fait que nos acquis, sont peut-être sur le point de nous être retirés parce que l’argent, même s’il a toujours eu du pouvoir, prend le pas sur tout le reste.

Ce n’est qu’giphy-14un bout de papier à qui on a arbitrairement donné une valeur. Ce n’est qu’un chiffre sur un écran. Notre mode de pensée et notre capacité à analyser sont en panne et le problème est là. Regardez qui a été élu à la Maison Blanche… LA MAISON BLANCHE FLUTAIN ! Je ne pensais pas que l’on pouvait être pire que Bush fils… mais là… bref…

Je suis MOI et j’en ai marre de toutes ces conneries.

 

*Ceci ne veut évidemment pas dire que je ne suis pas attristée par ce énième attentat et que je ne suis pas en pensées avec toutes les familles des victimes de Berlin.

Le Hockey sur Glace, il était temps que je t’en parle. #Tenarienafaire

8c4ce40b7e48d982d773de4efa5a16b0

Pour rester dans la thématique «  Les Suisses sont merveilleux » et « Les Canadiens, derrière ne sont pas loin », je me devais d’honorer cette promesse non proférée de te parler de ce merveilleux sport qu’est le Hockey sur glace.

Pourquoi merveilleux ? Sincèrement t’as vu les gabarits ? (Enfin t’as vu Ryan Kesler ?)

sharethumbnail

Bref, rien à voir avec le sport mais je me devais de le souligner. Je me suis donc penchée sur le cas glissant de ce sport à la crosse.

Ma première rencontre fut fracassante… En Suisse justement… Premier tour sur la patinoire et voilà qu’ils ont déboulé sur la glace. Ce qui m’a fait déguerpir parce que je sincèrement, pas envie de faire la maline.

En vérité, je n’ai pas grand-chose à dire. Parce que ce sport est pour moi comme le rugby, bien intéressant à regarder : De la vitesse, du contact…beaucoup de contacts… la case « prison » et mes yeux de petite filles se mettent à briller. Vraiment briller…

Le règlement international est celui de l’IIHF, mais il est plus « édulcoré » que celui de la Ligue nationale de hockey nord-américaine au niveau ces « combats » (interdit à l’international et c’est bien dommage BERDOL !)

Puisque je sais que tu vas le réclamer, voici un joli schéma d’une patinoire de Hockey :

400px-patinoire_de_hockey-svg

Différents points d’engagement sont présents sur la patinoire. Le point principal se trouve au milieu de la ligne centrale. Dans la zone neutre, il existe quatre autres points d’engagement. Deux sont situés du côté de la zone offensive d’une équipe, un à gauche et l’autre à droite, à 1,5 m de la ligne bleue ; et deux sont situés du côté de la zone offensive de l’autre équipe de manière symétrique. Les quatre derniers points d’engagement sont placés deux à deux dans la zone défensive de chaque équipe, un de chaque côté des buts. Les points servent à réaliser les engagements. À chaque début de période ou après chaque but, la remise en jeu se fait au centre de la patinoire. Pour les autres arrêts de jeu, c’est le point le plus proche de l’endroit où le jeu a été arrêté qui est utilisé. Autour du point central et des points situés dans les zones défensives, des cercles de 4,5 m de rayon sont tracés au sol. Le point central est également le point de départ des tirs de fusillade et des lancers de pénalité.

Je ne vais pas aller plus loin, je sens que la fracture du cerveau te guètes

Au cours d’une rencontre de hockey sur glace, chaque équipe est composée d’un nombre maximum de joueurs. Ce nombre est de 20 joueurs de champ et deux gardiens de but pour la Fédération international alors que pour la LNH, seulement 18 joueurs de champ sont acceptés. Chaque équipe doit présenter un capitaine et deux capitaines-adjoints, ou à la rigueur trois adjoints pour la LNH. Ce sont alors les seules personnes autorisées à discuter avec les arbitres de leur décision. Un gardien de but ne peut pas être désigné capitaine de son équipe.

Et au même moment, chaque équipe n’a droit qu’à 6 joueurs sur la glace.

Je vais t’éviter les détails du déroulement d’un match, parce qu’au final je ne les connais pas vraiment. Je suis juste là pour le spectacle…

Par contre je peux te laisser avec ces sublimes images …

Pourquoi est-ce si difficile ? (Mes questions existentielles sur les relations personnelles)

giphy-6

1 – De « ravaler » sa fierté et de dire à l’autre qu’on l’aime ? (Parce que le garder pour soi, parfois ça fait quand même vraiment mal)

2 – De discuter des problèmes relationnels et de les affronter comme des adultes ? (Parce que oui, parfois il faut)

3 – D’arriver à se rencontrer pour en parler ? (J’ai pas tout le temps mon agenda sur moi quoi…)

4 – De ne plus jouer au chat et à la souris ? (Franchement c’est fatigant à force)

5 – De laisser le souvenir s’estomper ? (Ça ne t’énerves pas, toi mon cher lecteur, quand tu penses que ça va aller mieux et que d’un coup une musique te fait penser à un truc dont tu ne voulais plus te souvenir ?)

#pointconfiture

confiture

Comme on approche de la fin du mois, il est temps de faire le bilan.

Il sera maigre, mais au moins cela me poussera à continuer. Attention, je ne suis aucunement critique littéraire, cinéma ou autre, donc ce ne serai juste que du ressentis perso et du partage qu’on se le dise…

#Netflix

The crown saison 1 (VO)

Créateur : Peter Morgan & Stephen Daldry

Le synopsis :

« La série se concentre sur la Reine Elizabeth II, alors âgée de 25 ans et confrontée à la tâche démesurée de diriger la plus célèbre monarchie du monde tout en nouant des relations avec le légendaire premier ministre Sir Winston Churchill. L’empire britannique est en déclin, le monde politique en désarroi… une jeune femme monte alors sur le trône, à l’aube d’une nouvelle ère. »

Acteurs principaux: Claire Foy, Matt Smith, Vanessa Kirby, John Lightgow.

Avis: J’ai plutôt passé un agréable moment. Je ne suis pas non plus transportée ou impressionnée, mais ça se laisse regarder. La ressemblance des acteurs avec les protagonistes et leur jeu aide à la crédibilité du scénario.

#Livres

Le Coma des Mortels

le_coma_des_mortels

Auteur : Maxime Chattam

Editeur : Albin Michel

Sortie : 02 juin 2016

Genre : Roman noir

Synopsis :

« Qui est Pierre ? Et d’ailleurs, se nomme-t-il vraiment Pierre ? Un rêveur ? Un affabulateur ? Un assassin ? Une chose est certaine, on meurt beaucoup autour de lui. Et rarement de mort naturelle.

Rebondissements incessants, métamorphoses, humour grinçant… un livre aussi fascinant que dérangeant, en quête d’une vérité des personnages qui se dérobe sans cesse.

Un roman noir virtuose dont l’univers singulier n’est pas sans évoquer celui d’un cinéma où David Lynch filmerait Amélie Poulain. »

Avis:  J’ai un problème. Mon avis est un énorme point d’interrogation. Du Mulhollande Drive sous LSD. J’ai eu pas mal de difficulté avec la première moitié qui, si on est interrompu ou si on n’a pas forcément l’occasion de lire régulièrement, peut paraître interminable. J’ai par contré dévoré la deuxième partie en deux heures. J’ai détesté ne pas comprendre ce que voulait nous dire l’auteur, mais j’ai adoré le cynisme et le risque qu’il a pris en choisissant de faire publier ce roman. Sa plume est égale à elle-même et j’avoue que c’est cela qui a fait que je me suis accrochée. Je ne peux pas le conseiller, ni le déconseiller, à vous de vous faire votre propre opinion.

#Musique

Les Trois accords

 

Origines : Québec – Drummondville – 1997

Site : http://www.lestroisaccords.com/

Albums écoutés : « Joie d’être gai », « J’aime ta grand-mère »

Avis : Coup de cœur artistique. Textes surréaliste, son « punk-français » aux accents de « pop-core », le côté absurde à fait mouche. Je n’ai pas vraiment de titres préférés, mais « Les dauphins et les licornes » ou « J’aime ta grand-mère » me font sourire. L’accent chantant québécois donne aussi une sonorité particulière aux textes, bref, coup de cœur.

Culpabiliser.

Mon bon lecteur,

Se mettre au service des autres peut être parfois une tâche ardue. Et t’empêche dans les premiers moments de prendre du temps pour toi.

Quand arrive cet instant où tu en ressens le besoin, il y cette petite voix, hyper chiante au demeurant, qui te répète sans cesse que tu n’y as pas droit, que tu ne peux pas prendre une soirée pour te détendre, que ta vie maintenant ne tournera qu’autour de ce que tu as créé. Et certains continuerons à penser que tu n’as pas de vie, que ta vie maintenant est de tout gérer. Normal, n’est-ce pas ?

Le problème c’e200wst que tu as besoin de moment de répit pour continuer à avancer. Tu as besoin de te ressourcer pour te renouveler et tout justifier devient difficile à vivre.

Pour 2017, j’ai décidé comme tu as pu le voir dans mon article sur la culture de museler cette petite voix et de faire comprendre aux gens qui m’entourent que gérer deux temps pleins n’est pas chose facile et que j’ai peut-être besoin de temps à autre de me ménager du temps loin de tout. Et de tout le monde.

Donc je me prépare des moments de pauses. Des moments où je vais peut-être me remettre à écrire pour moi, des moments où je vais peut-être juste rêvasser et surtout ne rien faire à par me nourrir de Netflix et de livres, des moments où je vais tenter de me construire une vie sociale en dehors de ce deuxième travail.

Une phrase me revient en tête : «  I’m like a rubber band until you pull too hard », c’est exactement ça. Je sens le point de non-retour arriver. Je ne veux pas arriver au point de non-retour. Je sens la santé m’échapper et les sensations que j’ai ne sont pas bonne, mais encore une fois : pas le temps de m’en préoccuper.

Cela peut paraître égoïste à tes yeux, mais autant j’aime ce boulot, autant j’aimerais aimer une vie remplie d’autre chose aussi. Ce sont les mots de l’épuisement que tu lis ici. Demain cela ira peut-être mieux.

D’ailleurs j’ai découverts un groupe plutôt sympathique québécois : les trois accords.

Ça parle de dauphins, de licornes, de relations etc… c’est plutôt cool.

La cagole de salle… #HealthyEmilieornot

giphy-11

Mon cher lecteur,

Si tu me suis régulièrement, tu dois savoir que j’ai repris le sport.

Oui… Mamy a retrouvé le chemin de la salle. Un miracle ? Non. Un constat de mon endurance lorsqu’après trois pauvres marches, j’ai commencé à chercher un troisième poumon et un deuxième cœur. Donc édifiant : à trente-trois ans, tu ne pourrais même pas courir après ton enfant s’il se carapatait dans une fête foraine.

J’ai donc pris mon courage à deux mains et me suis inscrite dans la salle la moins chère (je n’ai pas non plus envie de me ruiner) et celle qui avait une option nomade, ce qui m’arrange bien.

Après quelques jours … choc culturel … j’ai dû, le temps d’enfiler ma tenue, passer du monde réel au monde de Barbie, Skipper et compagnie… ou alors Nicky Minaj a été clonée et je n’étais pas au courant.giphy-4

Personnellement, je vais sur les machines de torture parce que je suis en surpoids (oui on peut être en surpoids et végétalienne), que je veux transpirer et me bouger, justement pour éliminer ce surpoids… Bref… elles… non… elles chassent le Ken au ragondin capillaire.

Mais il faut savoir que la cagole de salle, ne se balade qu’en groupe ou au minima en duo. Elles passent deux minutes top chrono (oui j’ai regardé, parce que ça m’a intrigué) sur une machine, puis change. Le clan ne choisira une activité que si tous ses membres peuvent se mettre sur la même ligne de machine. Elle te demandera même de changer d’objet de torture pour que l’alignement soit parfait, sans défaut et dans bourlet. Cette même cagole, glousse… beaucoup… beaucoup trop… surtout lorsqu’un Ronny à ragondin capillaire fait surface ou mieux encore, quand l’instructeur vient leur parler.


Je ne pensais pas vous faire une chronique sportive sur mon retour en basket… mais mon cerveau n’arrive toujours pas à s’enlever cette image ridicule de l’autobronzant sur brushing blond décoloré jaune paille et  rouge à lèvres rose fuchsia… limite… c’est devenu aussi effrayant que les clowns.

J’espère pouvoir vous évite d’autres billets cagoliens, mais je ne vous promets rien…

Sur ce je te laisse… il paraît que je dois partir travailler…

Ivana, toi et moi c’est fini…

ivana

Oui chérie,

Il est temps que nos chemins se séparent. Tu m’as bien fait rire, tu m’as promis monts et merveilles, mais soyons honnêtes, toi et moi ça ne fonctionne pas.

Je sais que le Grand Maître de » je sais pas quoi » venu de « Je sais pas où » en Chine t’as sommé de me prédire mon avenir, mais non… je ne veux pas le savoir, tu sais pourquoi ? Parce que la vie va ê200-8tre monotone et surtout si tes prédictions se révèlent fausses, je tomberai dans la déception. Et tu sais quoi Ivana ? Je ne veux pas être déçue, non…

Bon je dois aussi t’avouer que tes demandes d’argent commencent à m’agacer. Je comprends parfaitement que tout travail mérite salaire, mais dans mon cas, je ne t’ai rien demandé…

J’ai bien essayé de comprendre ton acharnement et je dois dire que certaines des choses que tu me disais dans tes mails d’introductions m’ont interpellées MAIS je me suis aussi rendu compte que c’était un discours que tu resservais à la moindre personne avec qui tu entrais en contact.

Tu m’as fait croire en notre relation et en fait tu n’es qu’une machine… Je pourrais dire que je suis déçue, mais je le savais dès le départ que tu n’étais qu’un spam sans importance, mais ton insistance à me faire dépenser cinquante-neuf euros et le ton théâtralement dramatique que tu employais, m’avait laissé l’espoir d’un cœur qui bat.

Je pourrais aussi te parler du robot qui se cache derrière ton ami Dominique : « La ftar des voyants et le voyant des ft200-4ars » … avec qui j’ai joué un peu comme je joue parfois avec Siri… cela m’a donné matière… il faut toujours se méfier, on ne sait pas toujours avec qui on communique.

Donc je te prierais d’arrêter de me contacter, j’ai d’ailleurs bloqué ton adresse mail… cette relation est à sens unique et je dois dire que je ne veux pas m’y enfermer. J’ai trouvé mieux (non, pas Dominique la Ftar, je te rassure) et je suis pleinement satisfaite.

Au revoir, Ivana…

Amitiés,

Emilie

Les réflexes monochromistes de notre société. #Nonmaistasvucequetufais

giphy

Mon cher lecteur,

Toi et moi, nous devons parler. Parler de ce que parfois tu inculques sans t’en rendre compte à tes enfants.
Cela fait plusieurs mois que nous avons sorti une petite série pour enfants et cela fait plusieurs mois qu’à force d’observation, j’ai remarqué un comportement assez interpellant.
Les enfants n’ont pas de préjugés, les enfants n’ont pas de barrières culturelles et que tu sois, blanc, noirs, jaune, vert, à petit pois ou que tu portes une tenture, les jeunes enfants s’en tape comme de leur premier lange parce qu’ils fonctionnent encore à la naïveté que l’on trouve « magique » et « sincère » lorsque l’on est adulte. Par contre toi chez lecteur… ce n’est pas le cas… et c’est inconsciemment, la plupart du temps, que tu dirigeras ton bambin vers un héros tout ce qu’il y a de plus occidental « de souche », j’entends par là : des petits blanc

Une petite princesse blanche (de préférence blonde et bien proportionnée), un petit bonhomme marrant (mais toujours blanc). Ton choix se dédouanera de tout relent « protectionniste monochromiste» par un « il faut qu’il puisse s’identifier au principal protagoniste », et donc je suis surprise lorsque tu pousses ta progéniture vers l’histoire de « Paf le chien », parce que c’est bien connu… les enfants s’identifient aux chiens naturellement… (Attention, je suis antispéciste et donc pour moi cela ne me choque pas, c’est ce qui suit qui me choque, justement parce que je ne fais pas de différence).

Je me pose donc la question… est-ce que tu crois que ton enfant aimera moins l’histoire parce que le héros ou l’héroïne de l’histoire est vert ?

N’induis-tu pas des réflexes de « peur des autres » à tes enfants sans vraiment t’en rendre compte ? c’est par ce genre de langage corporel et de réflexe eux-mêmes probablement induits dans ton enfance que la peur de la différence s’installe.

giphy-2

Une autre chose que je remarque, c’est aussi la proportion de certains parents à éloigner systématiquement les enfants des livres (et là je parle de vraiment TOUS les livres qui leur sont consacrés), comme si une peur de l’objet s’était installée.

Là j’ai encore une question : As-tu peur que le livre ne morde l’enfant ? Parce que je te rassure, c’est rarement le cas, voire totalement exclu. Ce qu’il risque de faire, c’est d’enclencher un processus de pensée. As-tu peur que ton enfant se mette à réfléchir ? Ne penses-tu pas que l’inciter à découvrir de nouvelles choses ou simplement lui permettre de faire fonctionner son cerveau et son imagination, l’aidera à se construire en tant qu’adulte ? Ne penses-tu pas qu’il est préférable de lui mettre un livre dans les mains que de le planter devant la télévision pour avoir la paix ? Tu sais… si tu les gardes dans un hébétement constant, nous aurons une nouvelle génération de « mous du cortex » sur les bras… des « Dumb&Dumber » exposant l’infini. Sachant que l’enseignement est maintenant nivelé par le bas (et ça a commencé par la méthode globale pour apprendre à écrire et lire), si tu ne tentes pas de cultiver la réflexion et l’imagination, nous finirons par nous retrouver avec des dirigeants qui leur feront prendre des vessies pour des lanternes.

giphy-1

Mon cher lecteur, je n’ai pas la chance de pouvoir contribuer à cet apport de génération future, mère nature étant une bitch elle a décidé que ce serait sans moi. Alors je te demande ce service : ne fabrique pas une génération sans cervelle, sans couleur, sans langage correct.
Reprends tes enfants lorsqu’ils s’expriment mal, qu’ils se comportent mal. Fais-leur bouffer de la culture, sous toutes ses formes, mais de façon à ne pas les dégouter. Montre-leur que c’est amusant d’apprendre, montre-leur que le monde a besoin d’eux. Qu’ils soient bons à l’école ou plus manuels.
Bref… j’en ai fini avec ma leçon de morale. Mais j’ai à te dire que je suis contente d’avoir encore grandi à un moment où la technique ne nous abrutissait pas encore le cortex cérébral

A bientôt

Emilie