Les réflexes monochromistes de notre société. #Nonmaistasvucequetufais

giphy

Mon cher lecteur,

Toi et moi, nous devons parler. Parler de ce que parfois tu inculques sans t’en rendre compte à tes enfants.
Cela fait plusieurs mois que nous avons sorti une petite série pour enfants et cela fait plusieurs mois qu’à force d’observation, j’ai remarqué un comportement assez interpellant.
Les enfants n’ont pas de préjugés, les enfants n’ont pas de barrières culturelles et que tu sois, blanc, noirs, jaune, vert, à petit pois ou que tu portes une tenture, les jeunes enfants s’en tape comme de leur premier lange parce qu’ils fonctionnent encore à la naïveté que l’on trouve « magique » et « sincère » lorsque l’on est adulte. Par contre toi chez lecteur… ce n’est pas le cas… et c’est inconsciemment, la plupart du temps, que tu dirigeras ton bambin vers un héros tout ce qu’il y a de plus occidental « de souche », j’entends par là : des petits blanc

Une petite princesse blanche (de préférence blonde et bien proportionnée), un petit bonhomme marrant (mais toujours blanc). Ton choix se dédouanera de tout relent « protectionniste monochromiste» par un « il faut qu’il puisse s’identifier au principal protagoniste », et donc je suis surprise lorsque tu pousses ta progéniture vers l’histoire de « Paf le chien », parce que c’est bien connu… les enfants s’identifient aux chiens naturellement… (Attention, je suis antispéciste et donc pour moi cela ne me choque pas, c’est ce qui suit qui me choque, justement parce que je ne fais pas de différence).

Je me pose donc la question… est-ce que tu crois que ton enfant aimera moins l’histoire parce que le héros ou l’héroïne de l’histoire est vert ?

N’induis-tu pas des réflexes de « peur des autres » à tes enfants sans vraiment t’en rendre compte ? c’est par ce genre de langage corporel et de réflexe eux-mêmes probablement induits dans ton enfance que la peur de la différence s’installe.

giphy-2

Une autre chose que je remarque, c’est aussi la proportion de certains parents à éloigner systématiquement les enfants des livres (et là je parle de vraiment TOUS les livres qui leur sont consacrés), comme si une peur de l’objet s’était installée.

Là j’ai encore une question : As-tu peur que le livre ne morde l’enfant ? Parce que je te rassure, c’est rarement le cas, voire totalement exclu. Ce qu’il risque de faire, c’est d’enclencher un processus de pensée. As-tu peur que ton enfant se mette à réfléchir ? Ne penses-tu pas que l’inciter à découvrir de nouvelles choses ou simplement lui permettre de faire fonctionner son cerveau et son imagination, l’aidera à se construire en tant qu’adulte ? Ne penses-tu pas qu’il est préférable de lui mettre un livre dans les mains que de le planter devant la télévision pour avoir la paix ? Tu sais… si tu les gardes dans un hébétement constant, nous aurons une nouvelle génération de « mous du cortex » sur les bras… des « Dumb&Dumber » exposant l’infini. Sachant que l’enseignement est maintenant nivelé par le bas (et ça a commencé par la méthode globale pour apprendre à écrire et lire), si tu ne tentes pas de cultiver la réflexion et l’imagination, nous finirons par nous retrouver avec des dirigeants qui leur feront prendre des vessies pour des lanternes.

giphy-1

Mon cher lecteur, je n’ai pas la chance de pouvoir contribuer à cet apport de génération future, mère nature étant une bitch elle a décidé que ce serait sans moi. Alors je te demande ce service : ne fabrique pas une génération sans cervelle, sans couleur, sans langage correct.
Reprends tes enfants lorsqu’ils s’expriment mal, qu’ils se comportent mal. Fais-leur bouffer de la culture, sous toutes ses formes, mais de façon à ne pas les dégouter. Montre-leur que c’est amusant d’apprendre, montre-leur que le monde a besoin d’eux. Qu’ils soient bons à l’école ou plus manuels.
Bref… j’en ai fini avec ma leçon de morale. Mais j’ai à te dire que je suis contente d’avoir encore grandi à un moment où la technique ne nous abrutissait pas encore le cortex cérébral

A bientôt

Emilie

Point culture…Kesako?

Mon cher lecteur,

Je suis là ce soir pour te dire qu’il est temps que je reprenne le chemin de la culture et donc des expositions et des concerts.

1713902994-2

J’ai déjà commencé le mois passé avec Mustii au Cirque Royal et je ne trouverai jamais assez de mots pour te décrire ce que j’ai ressentis pendant ce concert.

Entre ses costumes de scène, sa voix, les émotions, l’énergie et son humour (Big dédicaces à Dominique), j’ai été bluffée. Si jeune et autant de talent… parce que oui… ça… c’est du talent pur jus, du Bowie nouveau, du Belge, bref t’as compris, il faut que tu ailles le voir car je suis incapable de te faire un compte rendu…

1507-1

Ce mois-ci, je me suis promise de lire un livre qui n’a rien à voir avec la maison d’édition et donc je continue « Le coma des mortels » de Maxime Chattam. Wait and see, il paraît que ce n’est pas son meilleur, mais je me laisse juger la bête avant de t’en parler.

Je ne pourrai pas aller voir quoique ce soit tellement le planning est chargé niveau boulot, mais en Décembre, j’aimerais bien faire une expo, un concert et faire descendre la pile à lire et donc tenter de lire aussi un roman pour le plaisir.

Je sais… c’est un peu ambitieux, mais je ne me mets pas la pression, je vais y aller petit à petit.

En janvier, il est possible que je passe un week-end à Paris… celui du 21 janvier… si tu as des tuyaux pour des expos, des spectacles ou choses intéressantes, fais-moi signe !

Sur ce, je m’en vais retrouver Max pour une séance lecture… Parce que pour y arriver, j’ai dû le caler dans mon agenda… prendre rendez-vous avec quoi…

A demain peut-être à Tournai !

gremlins

Je te bizouille!

Emilie

Le chaton qui était en fait un vampire.

200-2

Ah mon bon lecteur, je vais t’en raconter une bien bonne. Tu sais, depuis le temps que tu me suis, que je passe mon temps à attirer les boulets… j’en ai même gardé un pendant dix ans avant de le dégager et celui-ci continue à me pourrir la vie… Tu dois te dire que je suis complètement maso, mais non, tout ceci est lié au manque de confiance en soi, mais cela fera partie d’un autre article, un jour.

Donc, j’attire les boulets. J’ai la tête à ça. Le Bisounours que j’étais a, comme qui dirait, eu un problème de sélection. « Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil… » oui… mais non…

Je m’épate quand je vois ma jauge de patience. Tu sais, celle qui monte, monte, monte jusqu’à vomir le surplus sans pouvoir contrôler le flot ?

Eh bien elle a débordé, si… je te le jure… après presque vingt-quatre mois de remplissage quotidien, elle a fait SBLURB.

C’est pas très joli, je te l’accorde, mais je n’ai pas trouvé de métaphore plus élaborée, tu m’excuseras.

Bon… et si je commençais mon récit ? Tu veux ? Une espèce de petite histoire pour « Bisounours Gros Câlins » qui voudrait arrêter et apprendre à devenir un ours tout court.

J’adore les chatons, c’est comme ça, je ne peux pas m’empêcher de craquer. Pas forcément parce qu’ils sont mignons (ce n’était clairement pas le cas ici), mais bien parce que je suis comme ça… une incurable mère Theresa… Je n’irais pas jusqu’à dire que Sainte Rita est ma meilleure amie, mais parfois je me demande si elle ne prend pas possession de mon esprit une micro seconde, le temps de dire : « AH ben allez, toi, je vais t’aider… »

200-1

Le chaton, a grandi un peu, mais refusait toujours de se nourrir par lui-même. Miaulant sans cesse une de ses complaintes lancinantes et fatigantes. Il m’est arrivé parfois de ne plus l’écouter, pour voir s’il allait se débrouiller et aussi parce que j’avais mes propres difficultés à gérer, mais de jour en jour, de semaine en semaine, il s’est avéré être en fait un vampire. Je ne sais pas avec quelle potion magique il a réussi à me berner, mais toujours est-il que ça a marché. Me réveillant peu à peu et voyant que ce chaton ressemblait de moins en moins à la boule de poil attendrissante, j’ai compris que les personnes qui l’avait laissé sur le bas-côté l’avait fait pour se « sauver » de sa spirale négative.

J’ai alors commencer à lui parler plus sèchement, à essayer de lui faire comprendre que la vie n’est facile pour personne, mais plus la discipline était de mise, plus le chaton montrait de la mauvaise foi. Plus le chaton se plaignait. Il ne miaulait plus vers moi, non, il miaulait de façon si triste que d’autres se sont laissé berné à leur tour avant de comprendre, plus vite que moi, son vilain tour.

J’ai donc décidé d’abandonner à mon tour. Parce que la vie est trop courte, parce que tant que je m’occupe des chatons malhonnêtes et manipulateurs émotionnels, je ne m’occupe pas de moi et de ceux qui le mérite vraiment.

Donc un conseil, à partir du moment où vous commencer à avoir l’impression de vous répéter et d’étouffer dans une relation, déployez vos ailes, vous verrez, cela soulage. Les personnes qui ont pour but de s’accrocher à vous pour vous retenir et vous ralentir ne sont pas faites pour rester dans votre vie. Il parait que cela ‘appelle des « vampires psychiques », ils se nourrissent de votre énergie et vous affaiblissent. Eloignez donc ces ondes négatives de votre sillage parce que ces personnes, ne vous méritent pas !

200

Et la marmotte …. Elle dit merci aux amis Suisses.


Depuis quelques temps, j’ai une affluence de visites Helvétiques sur ce blog. Je ne sais pas pourquoi, mais les Suisses, je les aime bien.

Cela remonte à ma petite incursion en Suisse Allemande il y a… genre… trop d’années pour que je sois précise, mais les montagnes en été (oui… en été… parce qu’en hiver…y’a la neige), ça me plait bien.

Les randos, les paysages, les vaches (Elles sont belles leurs vaches… c’est un peu la thématique de la semaine visiblement), les Edelweiss. Bref, la nature quoi, mon petit François…

Tu vas me dire que je n’ai pas une tête à aimer la campagne et tu auras raison, mais là-bas… c’est différent, Laurent… (oui je fais des rimes pourries, ça m’arrive aussi…)

Quand tu gambades dans les sentiers, t’as juste envie de te prendre pour Heidi et de chanter.

Chanter quoi ? bah… Ca … quoi

Je peux Yodler mais ça sera un calvaire…

Je sais … rien à voir avec mon poste d’hier… j’en conviens. Mais note qu’on a changé d’endroit aussi…

Au final, qu’est-ce qu’on en connait de la jolie Suisse?

Les clichés… comme pour tout ce qui nous est un peu inconnu… et qui ne fait pas de vague.

  • Le paradis fiscal ( comme ça c’est fait on n’en parlera plus),
  • Sepp Blatter (comme ça, tu l’as compris Denis, on passe à autre chose),
  • Les montres,
  • Le chocolat,
  • L’Emmental,
  • Le gruyère,
  • Ou en général le fromage,
  • Les marmottes,
  • Les edelweiss,
  • Ils sont quadrilingues (Français, Allemand, italien et le Romanche),
  • C’est une confédération,
  • Ils sont neutres,
  • Ils ont des montagnes,
  • Les lacs (plus de 175 dont le lac Léman, Constance et Majeur…),
  • Les Ricola sont aussi Suisse,
  • Ils font partie de Schengen mais pas de l’EU,
  • On sait que les gardes du Vatican sont suisses…,
  • Qu’ils ont un voisin tout mignon qui d’appelle le Lichtenstein,
  • Guillaume Tell était suisse…,
  • Basler Läckerlis : une tuerie de tarte aux noix,
  • Roger Federer,
  • Le hockey sur glace (tu remarqueras qu’on en revient encore au hockey…),
  • Bertrand Piccard (Le solar impulse),
  • Martina Hingis,
  • Ursula Andress,
  • Le Corbusier,
  • Jean-Jacques Rousseau,
  • Le couteau ! (si si, souviens-toi, Mcgyver et son couteau qui faisait tout SAUF le café…)
  • Stéphane Eicher

Tu vas me dire c’est déjà pas mal… mais il y a certainement d’autres choses à apprendre sur ce pays… et je ne parle pas des encyclopédies, non, je parle d’en apprendre par les personnes vivant sur place.

Donc si tu es Suisse et que tu passes par ici. N’hésite pas à m’envoyer un petit mail, en m’expliquant ce qu’il y a à découvrir dans ton pays, ton canton, dans la ville ou ton village. Parce qu’en fait, j’aimerais bien repasser vous dire bonjour un de ces quatre, pour gambader de nouveau dans vos sentiers et ne pas avoir de risque de me faire occire par un serial Killer (tu n’en as eu que 7 depuis  1700, je pense que ton pays est plus que sécurisé.)

Voilà tout ça pour vous dire que vous êtes les bienvenus ici, quand vous voulez !

Je vous fais de gros betch comme on dit chez moi !

XoXo

Emilie

La Quatrième dimension… #Kidnoize #BlackGizahRecords

ovni-2

Mon bichon… Samedi s’annonçait comme une journée normale. Courses, boulot, visite éclair au salon des seniors (bah quoi tu ne fais jamais ça ?). Tout s’est bien passé jusqu’à ce que je reçoive un message : « RDV à la Grand Place ce soir ». Cela sonnait comme un ordre venu du divin, donc… après une visite éclaire au susmentionné (j’ai toujours rêvé de trouver une occasion d’écrire ce mot…) salon Senior, avec une bande de fêlés et un gamin de huit ans, nous avons pris la direction de notre chère Capitale, de son piétonnier et son plan de circulation à deux balles… Bruxelles quoi…

Et c’est LA que tout a commencé à déraper… j’ai menacé d’enfermer un gamin de 8 ans dans le coffre de la voiture… Rassure-toi, il n’y est pas allé et est toujours en vie.

Puis pauvres petites nanas que nous sommes avec Mademoiselle V, coincées à l’arrière de la voiture, nous avons remarqué une agitation très très très suspecte au niveau du pilote et du copilote.

« Je vous jure j’ai vu un truc lumineux se détacher de l’avion et tomber par-là »

Réaction générale : Arrête de boire… ou le tabac… ou les deux… limite partage qu’on puisse participer au délire… sa réponse ? «  Vous verrez demain quand on dira qu’un avion s’est écrasé ! vous ne rirez plus ! vous verrez que j’avais raison »… on l’a laissé y croire… vous comprenez… il a quand-même mis ses chaussures de sécurité pour venir: on ne sait jamais qu’on lui écrase les pieds avec un véhicule militaire…

80c60e6ccca996995b273e51b04d6b9c-1454938874Nous avons fait deux fois le tour de Gudule pour trouver le parking de l’Albertine… et sommes enfin arrivés à la Grand place où… une Alice se lâchait comme jamais on the Roof. Nous 14124337_1080244365364860_4288788396548097834_on’avons pas essayé de la faire descendre parce que cette petite fée nous a emmenés avec elle sur ces fameux toits, juste avant de faire entrer l’extraterrestre de l’année 2016 : Pierre Lizée.

400px-copan_sculptureMais le moment que nous attendions, nous… c’était l’apparition du Monkey God. Non, rien à voir avec Hanuman de la religion Indou, mais dans une sens il pourrait s’apparenter au Howler Monkey God des Mayas… le Dieux des artistes, de la musique… Patrons des Scribes aussi… tiens donc…

Bref nous voilà à acclamer le boss et à trouver que le set était bien trop court… Bon d’accord avec Mademoiselle V, nous étions concentrées sur les militaires…

La bonne nouvelle c’est que le chef (eh bien oui, je suis scribe dans un sens…) recommençait ses singeries aux alentours de Vingt-trois heures. Nous avons donc patienté en écoutant Saule et Puggy…

L’heure de la délivrance (oui oui ma crotte, mon cerveau avait besoin de se libérer-délivrer…) sonna et nous emmena  loin… mais loin… Entre les sets du Monkey God et l’envolée de Goldaze et Florent, la soirée était complète.

Enfin… ça c’est ce que je pensais… Parce que ma biquette… Avec Mademoiselle V, nous avons tenté de nous faire arrêter par les militaires rue de la loi (on est passé deux fois… la première fois ils ont même fait un large sourire, oui oui…) et donc nous avons montré la « petite » maison de Phil et Math au petit de huit ans que nous n’avions pas laissé dans le coffre, je te le rappelle… La pilote et le copilote ont espéré les voir en pyjama, mais non… l’exhibitionnisme ne doit pas être dans leur culture… (Phil et Math… pas les militaires… soyons clairs)

Après avoir traversé un Molenbeek bucolique, nous avons repris l’autoroute …

Et là… comme si la soirée sur les toits, en compagnie d’un extraterrestre (d’un OVNI) et d’un DJ Singe n’avait pas été déjà perturbante… on a vu Marguerite nous faire le remake de la vache et le prisonnier sur l’autoroute vers Charleroi… sauf que là c’était la vache et le policiers…

Tranquillou, promenade sur l’autoroute… pas stressée… Pas pressée.

Tout ça pour dire qu’une soirée avec le patron c’est toujours hors du commun…

Hey les petits loups, je vous laisse avec son dernier titre… « Do you know »

Je vous préviens, ça colle ! Mais qu’est-ce que ça fait du bien !

Madame Conasse…

Pardon mon cher lecteur, mais je n’ai plus la langue de bois. Quand on abuse, on abuse. Tu le sais, je suis d’une extrême patience. Immense. J’encaisse longtemps et puis j’explose. Une bombe à retardement qui est à deux doigts de te dire que le prochain qui me cherche appuiera sur le bouton rouge. Celui, qui on l’espère, restera loin du doigt crétin de Donald Trump.

200w

download

Je ne préviendrai plus. Non… Ça suffit. J’ai dépassé la phase « Little miss sunshine » cette fois, je me transforme en Respectzilla : Appelle-moi Madame Conasse !

La pitié et la compassion, c’est pour les faibles. Et je ne suis pas faible. NON ! L’hypersensibilité n’est pas une faiblesse ! Il faut se mettre ça bien profond dans… ta caboche.

Par contre, la compassion excessive, c’est fini.  Parce que au final, qui est empathique ou compatissant envers moi ? Tu peux me le dire ?

Qui se préoccupe du bisounours licorne lorsqu’il est à terre ? Tu ne sais pas ? Je vais te le dire : PERSONNE, NOBODY, SNOTS SUR FOND D’AZUR MA CROTTE. Alors je veux bien pèter des paillettes mais à un moment, il y en n’a plus : FINI les stocks sont vides !

En plus d’après une série de livre, il paraît que « la femme parfaite est une connasse »… ca tombe bien… je me suis toujours dite que je l’étais…. Parfaite…

Oh ça va, ne t’offusques pas mon bichon, tu sais très bien que je plaisante et que la confiance en moi a toujours été mon problème majeur… mais parfois ça fait du bien de se dire « qu’on vaut bien mieux que ça !  Et qu’on y pense même pas . Même si parfois c’est comme ça ». Pardon je m’éloigne…

En fait non… vas-y fais-toi plaise… écoute mon étoile… c’est cadeau.

 

Hum… visiblement… j’ai des choses à dire…

 

Avoues, tu y as cru mon bichon… en fait, si… j’ai des choses à dire, mais des choses que je n’arrive pas à dire. Un comble me diras-tu… je te répondrai que c’est certainement un comble lorsque l’on sait que le message que l’on veut faire passer n’a aucun moyen d’arriver là où il doit arriver.

Pourquoi ? Parce que tu as déjà usé des moyens qui étaient à ta disposition et qu’à moins de s’appeler Houdini, tu ne peux pas atteindre le récepteur.

Donc à quoi bon l’écrire à la face du monde ? Au risque de blesser ce récepteur et que celui/celle-ci ne comprenne pas bien le message : ce qui visiblement c’est passé avec les autres moyens de communication.

Parce que je suis nulle en communication avec les autres en dehors du cadre professionnel.

C’est le lot des hyperémotifs. Tu penses que ça passe, mais en fait ça ne passe pas. Et le récepteur en face… ferme le volet et te laisse en dehors sans comprendre. Parce que toi, même si t’es hyperémotif, tu intellectualises tout et que si on ne t’explique pas les choses par A+B au carré, tu ne comprends pas.

Tu as besoin d’en parler. Avec ce même récepteur qui ne fait que t’envoyer par son silence un : « nous ne nous comprenons plus » très agaçant.

En gros la ligne est hors service pour ne plus jamais être disponible. Alors que tu sais que « ce truc » est là. Vraiment là.

Difficile à comprendre n’est-ce pas… je te l’accorde. Parce que je ne te dirai pas de quoi je parle. Cela peut-être personnel, pseudo professionnel, animalier, Alien, bref tu n’en sauras rien.

Car à quoi bon te le dire mon cher lecteur, tu ne pourras quand même pas faire passer le message au récepteur. Tu comprends ?

J’ai un problème de branchement. Comme dans les premiers téléphones.

87

Sur ce, je retourne élaborer une stratégie sur comment je n’arriverai pas à toucher le récepteur et reviendrai peut-être t’en parler un jour… ou pas…

XoXo

Emilie

Double course de camions au milieu des pneus. (Monkey God Inside)

648x415_conducteurs-poids-lourds-plus-32-tonnes-doublent-anbsp47-encourent-deacutesormais-amende-90-agrave-135-euro

Ah mon cher lecteur… Si toi aussi tu dois faire minimum soixante bornes pour aller travailler, tu vas comprendre ce que je vais écrire.

Tous les matins, nous avons droit à la même et répétitive sérénade : ralentissements sur l’autoroute « je-me-marre-tous-les-jours-sur-la-route », accident entre la sortie « j-ai-pas-que-ca-a-faire » et l’aire d’autoroute « berdol-encore-un-bouchon » des files sont à prévoir ou encore : votre temps de trajet est rallongé de cinquante minutes.

Tu connais ça, hein ! Ne mens pas…

Alors, nous sommes d’accord qu’une playlist de feu est la meilleure solution, mais cette playlist n’est pas équipée de lasers pouvant dégommer les abrutis conducteurs de BMW et les camions faisant la course.

Parce que cela existe. Il y en a même qui déboîtent sans regarder. Ou qui dépassent les voitures roulant déjà à la limite maximum (en Belgique 120km/h sur autoroute), le mieux ce sont les semis remorques ou convois exceptionnels. Surtout lorsqu’ils sont quatre et se font mutuellement la course par temps de pluie.

Il y a deux semaines, j’en ai même surpris un sur la troisième bande… histoire de bien faire râler tout le monde.

Je vais t’épargner les remorques renversées, les camions en travers, les chantiers mobiles en pleine rentrée, les débris de pneus, branchages et autres produit vert  et surtout les imbéciles qui s’arrêt au lieu d’emprunter la bande de lancement.

Du coup tu fais péter KID et sa bande de Black Gizah Records…

Tu me vois venir ? Oui je sais que tu me vois venir… comme un Brontosaure dans un magasin de pollypockets des années nonante.

14232544_1012483138869438_6540128020816982550_n

Le Kid, sort son nouvel album le 30 septembre prochain, la bête s’appelle « Dream Culture » et le titre explique bien ce que notre sosie de Cornélius vit pour le moment. Parce que le travail c’est bien, mais c’est mieux s’il contribue à réaliser nos rêves.

Il est d’ailleurs déjà en prévente depuis le 09 septembre et avec la précommande, vous pouvez déjà profiter du prochain titre du Monkey God : « Do you know ».

Je te conseille donc vivement d’aller précommander ce sésame made in Charleroi que tout le monde attend depuis trop longtemps !

Et ça c’est par ici : #DreamCulture

Sinon tu peux toujours tenter ta chance pour gagner ton exemplaire.

Pour ça, il te suffit de suivre ces consignes :

GAGNE LE PREMIER ALBUM DE KID NOIZE!

– Trouve l’endroit exact où a été prise la photo de l’album (Charleroi)
– Prends une photo de toi devant le tag dans la même position que le Kid.
– Poste-la sur Instagram avec les hashtags #DreamCulture #KidNoize
– Les plus belles photos seront sélectionnées par le Kid lui-même

Je pense que tu sais tout…

Je te laisse à tes occupations mon cher lecteur …

XoXo

Emilie

Insomnie

hqdefault

Mon cher lecteur, tu dois savoir que je ne suis pas quelqu’un qui a besoin de beaucoup d’heures de sommeil…

Non… pas beaucoup… mais un peu quand même… Comme tout le monde…

Mais là, je sens que Morphée va encore me poser un lapin et c’est le genre de choses qui ne se contrôle pas.

Il paraît que ce sont les soucis… comme les cheveux blancs… et les dix quand que je me suis pris dans la face sur la dernière année et demie…

Des soucis… ah ça oui j’en ai… comme tout le monde, mais j’aimerais te dire que non, ce ne sont pas que les soucis.

Parfois, ton cerveau ne veut simplement plus s’arrêter et à force de subir ses sautes d’humeur, tu commences à savoir quand Morphée va te poser un lapin.

Et le problème, pour peu que dans ces lapins tu aies un mâle et une femelle, je te laisse imaginer le nombre d’heures qui passent à la trappent.

Avec cela, vient aussi le fait que je suis beaucoup moins joyeuse que je n’aie pu l’être.

Cette part d’ombre que nous avons tous gagne du terrain. Un peu comme le néant dans « L’Histoire sans fin ».

Chaque seconde, elle grappille du terrain et lorsque je peux fermer les yeux, je refais sans cesse le même rêve. Du coup… mon cerveau refuse de s’éteindre.

Comment en suis-je arrivée là ?

Simplement parce que mes émotions ont pris le contrôle de mon esprit.

J’ai laissé un muscle diriger la tour de contrôle. Erreur fatale dans mon cas. Et pratiquement pas de point de retour possible.

Pas de bonne nouvelle.

interrogation-room-single-chair

Normalement, j’avais prévu une sortie d’un quatrième roman pour 2017.

Il faut que je t’avoue mon cher lecteur, que cela ne sera pas chose faite.

Pourquoi ?

Simplement parce que je suis loin d’avoir fini le premier jet…

Pourquoi ?

Je n’ai plus le temps d’écrire, mais je peux aussi t’avouer que je n’ai plus l’envie non plus.

Les textes courts de chansons potentielles sont devenus un exutoire et cet exutoire ne se fait pas en français malheureusement.

J’entends ta déception…

Il y a tellement d’auteurs talentueux autour de moi (et je suis bien placée pour le remarquer) que je n’arrive plus à écrire une seule ligne cohérente sans tout « raturer ».

Aucun complexe, ne vous en faites pas, mais je me demande vraiment si cela vaut la peine de mettre de la médiocrité dans la main des gens.

Lorsque tu ouvres ta maison d’édition, tu te confrontes à bien des écrits. Et déontologiquement, je ne suis pas certaine que cela soit une bonne chose que je continue à écrire.

J’ai une décision à prendre… mais quelle décision ?

Continuer à écrire des romans parce que c’est ce que les gens attendent de moi ?

Continuer parce que c’est vital pour moi ?

Ou tout simplement, arrêter parce que c’est la meilleure chose à faire ?

Cela fait longtemps que je me pose la question et je dois avouer que je n’ai pas encore choisi, mais il faudra bien que cela arrive.

Rassure-toi, si je n’écris plus de romans, je pourrai toujours venir t’embêter avec mes petits billets d’humeur dont je sais que tu raffoles (attention, bruit de foule en délire… non ? Bon, j’aurais essayé de te faire digérer la nouvelle qui n’en est pas une.)

Allez mon bon lecteur, on sait toi et moi que nous sommes inséparables. Quoiqu’il arrive, tu resteras à jamais dans mes pensées.

XoXo

Émilie